LA PHILATÉLIE, TÉMOIN DE L'HISTOIRE
Documentation philatélique replacée dans son contexte historique

URL du site : http://www.histoire-et-philatelie.fr


L'Algérie, d'une Guerre à l'autre : 1939-1962  




Retour au sommaire de "L'Algérie, d'une Guerre à l'autre : 1939-1962"



DU CONGRÈS DE LA SOUMMAM À LA BATAILLE D'ALGER
Page -->
1





50éme anniversaire du congrès
Les divisions administratives des wilayas sont indiquées sur ce timbre. Il semble qu'elles aient été "réarrangées" en intégrant notamment l'Ouest du Sahara dans la wilaya de l'Oranie
20 AOÛT - 19 SEPTEMBRE 1956 :
Congrès de la Soummam (Kabylie).
Le Congrès, composé de 16 membres, représentant l'intérieur (car ceux de l'extérieur ont été empêchés), entreprend :
Krim Belkacem
Krim Belkacem, chef d'État-major de l'ALN
- une évaluation des forces et des faiblesses de la rébellion,
- la rédaction d'une plate-forme politique qui pose le principe de la primauté du politique sur le militaire et de l'intérieur sur l'extérieur et établit le principe de la collégialité. L'aspect le plus original réside dans sa tonalité révolutionnaire,
- une refonte des structures politico - militaires, l'A.L.N. est organisée sur le modèle d'une armée régulière, Krim Belkacem en étant le chef d'état-major et le F.L.N. se dote d'un Conseil National de la Révolution Algérienne (C.N.R.A.) représenté par un Comité de Coordination et d'Exécution (C.C.E.).
Le Congrès décide également de réorienter le terrorisme urbain en direction des quartiers européens.
Nette détérioration des relations entre l'Égypte et le F.L.N..

carte des Wilayas
© "La Guerre d'Algérie" par Patrick Eveno et Jean Planchais aux éditions La Découverte / Le Monde 1989

Un timbre d'Algérie (Y&T Algérie n°769) montre le bâtiment où s'est tenu le Congrès et un autre ci-dessus (Y&T Algérie n°XXX) célèbre le 50ème anniversaire en montrant sur une carte de l'Algérie la découpe des Willaya ALN-FLN.

Batiment du congrès
Journée du Combattant

Deux autres timbres célèbrent la "Journée du Combattant", datée du 20 août 1956 (Y&T Algérie n°428/29).

SEPTEMBRE 1956 :
La question algérienne est inscrite à l'ordre du jour de l'Assemblée Générale de l'O.N.U..
Contacts secrets à Rome avec le F.L.N..
Tout en proposant le fameux triptyque "cessez-le-feu, élections, négociations", le gouvernement Guy Mollet met à l'étude à Paris et à Alger "les fondements d'une Algérie nouvelle et pacifiée", qui ne verra jamais le jour.

8 SEPTEMBRE 1956 :
Arrêté autorisant la création d'agences postales au siège des S.A.S., qui pour des raisons d'insécurité ou d'éloignement ne peuvent être desservies par les bureaux de la poste civile ou de la poste aux armées voisins. Leur gestion matérielle est confiée à des militaires désignés par la Poste aux Armées, mais leur comptabilité est vérifiée par les services civils des P.T.T..

(Voir encadré SAS-SAU)



15 SEPTEMBRE 1956 :
Mgr Duval, Archevêque d'Alger, écrit au Commandant Interarmes contre les traitements odieux infligés à des suspects, les exécutions sommaires de prisonniers, l'usage de la torture dans les interrogatoires, les représailles collectives... .

Zighoud Youcef
23 SEPTEMBRE 1956 :
Mort au combat de Zighout Youcef, chef F.L.N. de la willaya de Philippeville qui avait déclenché le massacre du 20 août 1955.




Drapeau Algérien

LE COURRIER CLANDESTIN DE L'A.L.N.


Il n'y a pas eu, au cours de la guerre d'Algérie, d'organisation postale dans les rangs de la rébellion similaire à celle du Viêt-Minh pendant la guerre d'Indochine. On ne connaît ni oblitération postale, ni timbre, ni courrier recommandé, ni marque de bureau postal ...etc..., tout au plus a-t-il été signalé des bordereaux d'arrivée et de départ de courrier.
Néanmoins un réseau de secteurs assimilables à des secteurs postaux fut établi sur le modèle de l'armée française.
Le courrier des soldats de l'A.L.N. pour leur famille recevait, dans les premières années, un cachet d'unité, pratique qui semble avoir disparu dès 1959.
Les lettres connues sont généralement pliées au format carte de visite. Celles de la région de Saïda étaient de plus scotchées en croix + pour éviter des «ouvertures discrètes».

Lettre scotchée
Lettre scotchée verso
Lettre scotchée ...............................à partir de 100 €

Les premiers cachets d'unité connus portent une étoile à 5 branches et un croissant, puis dès 1957, un dessin : montagne, croissant et étoile au centre d'un double cercle dont le cercle intérieur est en français et le cercle extérieur en arabe.
Ces cachets reflètent souvent la structure des forces de l'A.L.N. : Wilaya / Mintaka (zone) / Nahias (région) / Kasma (secteur).

Cachet ALN 1957 cachet ALN W2 Z2 R1
  Cachet 40/28/15mm
Cachet FLN ALN Cachet FLN ALN
Cachet 40/30/16mm Cachet 40/28/16mm

Lettre Amirouche
Serait l'écriture du Colonel Amirouche, chef de la Wilaya 3


Lettre de l'ALN
Lettre "à remettre en mains propres au responsable XXX au Douar Mesloua" en diagonale le nom de l'expéditeur, avec cachet de l'ALN Wilaya 1 (Aurès) zone 4


ALN Sahara
Lettre de la Wilaya du Sahara
(photo Dallay)

cachet ALN FLN Sahara
Lettre de la Willaya du sahara
verso
Lettre militaire de la Willaya du Sahara zone 1 avec cachet administratif 42/26/14mm "A.L.N. - F.L.N. / WIL. DU SAHARA Zone 1"
Lettre origine sahara ................................. 1300 €
Lettre avec cachet d'unité ALN au Nord..à partir de .... 300 €

Malgré l'absence d'un véritable service postal, il y a eu néanmoins un important courrier acheminé à travers des relais par des passeurs et déposé dans des caches gardées par des civils. Des escortes étaient fournies par l'autorité militaire locale de la Wilaya pour le courrier sensible. On connaît des laissez-passer utilisés au verso comme feuille de route par les vaguemestres de l'A.L.N. Ils étaient visés à chaque passage. On note l'utilisation de numéros correspondant à des secteurs (postaux).

Laissez-passer de 1957
Laissez-passer bilingue de 1957


Feuille de route d'un postier FLN
laisser-passer FLN
Traduction du recto Laissez-passer d'un vaguemestre FLN assurant la liaison entre la Tunisie et la Willaya 2 avec au verso les cachets de passage d'étapes en étapes et identification des secteurs postaux.


Laisser passer ALN
Verso du laisser-passer
Laissez-passer d'un "passeur" de l'ALN valable du 12 février 1959 au 1er mars 1960 avec prolongation provisoire.
"Le porteur de ce courrier est autorisé à circuler dans les zones 511 et 516 pour y déposer et retirer du courrier sous contrôle des responsables de la poste militaire" avec divers cachets de l'ALN dans la Wilaya 2, zone 2 et pour la prolongation un cachet "GPRA État-major général Wilaya 2 Mintaka 4".

Ce document a été "récupéré sur porteur de courrier abattu durant l'opération de ratissage (opération Turquoise)" comme l'indique le texte du verso en haut à gauche émanant de la Zone Nord Constantinois du Dispositif Opérationnel de Protection (Z.N.C.- D.O.P.) de Mila.
Lettre feuille de route de facteur ...à partir de ......... 800 €


Secteurs postaux
Circulaire de l'ALN indiquant une liste de "secteurs postaux" correspondants à certaines localités

Il n'y a pas eu non plus de système de censure organisé (avec cachet de censure et bande de fermeture).
On connaît en revanche des plis "détournés" de la poste française par des agents F.L.N. et portant des marques manuscrites de lecture par les services de renseignements de la rébellion, accompagnées des cachets des différentes unités rebelles ayant analysé les renseignements.
Certains de ces plis ont été récupérés à leur tour par les services de renseignement français notamment auprès de "ralliés". Ces plis portent des étiquettes invitant à prévenir les personnes concernées des dangers qu'elles pourraient courir du fait de l'interception par le F.L.N. de ces plis. Quelques exemplaires ont été remis à leur véritable destinataire après exploitation.
Voir à ce sujet l'article de G. Perrot dans le numéro 36 de PHIL-EA France Algérie de Décembre 1994.

Lettre dérobée avec commentaires FLN
Lettre dérobée avec annotation FLN et commentaires DOP
Texte manuscrit en haut à gauche : "Les frères Boujema employés à Citroën ont quitté Paris".Texte manuscrit en bas à droite : "Il faut les attendre et les taxer à l'arrivée du bateau".
Lettre de janvier 1961 dérobée par le FLN et récupérée par les services français (ZNC-UOR = Zone Nord Constantinois- Unité Opérationnelle de Recherche) avec cachets de transit (lecture /censure puis instruction) de deux unités de l'ALN (W2 Z2 R1 et W2 M3 N2)


Lettre dérobée
Lettre dérobée verso
Lettre envoyée à un soldat algérien par la poste aux armées, interceptée par le GPRA et reprise par les services secrets français.
Traduction approximative :
Texte 1 : Ce soldat a refusé d'apporter des cartouches et a demandé une somme d'argent. Ce pourrait être un traître, il faut l'exécuter, on présume que c'est ...
Texte 2 : Il faut que tout le monde sache que la condamnation à mort est légale pour toute personne qui refuse de payer sa dîme. Ils doivent donner de l'argent au facteur qui a toute notre confiance.


Rapport secret concernant l'interception du courrier
Rapport des services de renseignements concernant un "facteur" clandestin de l'ALN (le nom a été effacé électroniquement).
Lettred'origine européenne, dérobée avec cachet de lecture A.L.N. ou F.L.N. ou GPRA ......................................................150 €
Lettrerécupérée et exploitée par les services de renseignement français sans étiquette .............................................300 €
Lettreidem avec étiquette et commentaires ...............400 €

19 Septembre 1958 :
Constitution du GPRA
Constitution au Caire du Gouvernement Provisoire de la République Algérienne.
Les cachets administratifs de la rébellion sont progressivement transformés pour incorporer le sigle GPRA. On connaît ces cachets sur lettres dérobées par la rébellion et récupérées par les services français. Ils ne semblent pas différer des cachets administratifs utilisés sur les documents de service également récupérés lors des opérations militaires.

Cachet GPRA 33mm cachet GPRA 38mm
Diamètre 33/24/14 mm Diamètre 38/27/14 mm
Lettre dérobée avec cachet de lecture du GPRA ..........250 €

Pour plus de détails, on se reportera à l'article "Organisation du service du courrier par la rébellion algérienne" par R. Charbonnier paru dans le bulletin N° 24 de la Société des Amis du Musée Postal (4ème Trimestre 1968).

Feu clignotant
Cachet ALN
Cachet ALN en vente sur eBay en octobre 2011 (prix atteint : 33,50 euros).
Un certain nombre de cachets de l'ALN ont été récupérés par l'armée française lors d'opérations militaires contre les "rebelles". Ils se retrouvent actuellement dans le commerce et pourraient servir à confectionner a posteriori certains "plis détournés". La plus grande prudence est recommandée dans l'achat de ces documents.

Retour en tête de l'encart


Retour en tête de page  



30 SEPTEMBRE 1956 :
Trois attentats aveugles du F.L.N. ont lieu à Alger : une bombe déposée devant les locaux d'Air France par Djamila Bouhired mais qui n'explose pas et deux autres bombes dans deux cafés du centre ville qui font 4 morts et 52 blessés. Quelques jours plus tard le F.L.N. déclenche une grève scolaire illimitée largement suivie.
Djamila Bouhired sera l'objet d'une campagne internationale dans les milieux de gauche.

Plusieurs centaines de cartes bilingues de pétition sont envoyées d'Europe et de France au Président de la République au début de l'année 1958. A leur arrivée au bureau frontière certaines sont recommandées d'office. On connaît des cartes des Pays-Bas recommandées d'office à Paris-Nord et des cartes de l'Allemagne de l'Est, découpées dans des journaux, non recommandées mais affranchies à l'origine.

Certaines cartes sont confectionnées à partir d'une découpe de journal collée sur un carton fort :

Carte -journal de dDR en faveur de Djamila
Carton sur lequel a été collé un morceau de journal en faveur de Djamila Bouhired, avec des signatures au verso et affranchie en exprès de la République Démocratique Allemande.


Pétition en faveur de Djamila Bouhired des Pays-Bas
Carte Pétition pour Djamila Bouhired des Pays-bas
Carte postale en provenance des Pays-Bas et "recommandée d'office" à PARIS TRI NORD


Lettre de RDA
Lettre de RDA oblitérée 10/5/58 adressée à "Herrn Coty" contenant une supplique pour la libération de Djamila Bouhired
Lettre recommandées d'office ....................................... 60 €
Lettre autres .......................................................30 €

Le tribunal permanent des forces armées à Alger qui a condamné Djamila Bouhired utilise un cachet de franchise déesse assise "TRIBUNAL PERMANENT DES FORCES ARMEES D'ALGER / * // (déesse)".

Tribunal Militaire Alger
Lettre d'un tribunal militaire ......................................30 €

La Zone Autonome d'Alger dirigée par Larbi Ben M'Hidi, assisté de Youcef Saadi pour l'organisation militaire, comprend environ 5 000 militants dont Ali la Pointe, jeune proxénète reconverti qui étend par la terreur son emprise sur la population musulmane.

12 OCTOBRE 1956 :
Croix de la Valeur Militaire Verso
Création de la Croix de la Valeur Militaire qui reconnaît les services rendus mais qui, contrairement à la "Médaille Militaire", n'est attribuée qu'en dehors des guerres. Elle succède à la "Médaille de la Valeur Militaire" créée le 11 avril 1956 et qui n'avait pas rencontré beaucoup d'avis favorables chez les militaires.

16 OCTOBRE 1956 :
La Marine Française arraisonne l'Athos II chargé d'armes venant d'Égypte.

22 OCTOBRE 1956 :
Détournement de l'avion menant Ben Bella et d'autres leaders de la rébellion (Mohamed Boudiaf, Aït Ahmed, Mohamed Khider) de Rabat où ils avaient rencontrés Mohamed V, vers Tunis, où ils devaient discuter des bases d'une union Nord-Africaine, avec le Maroc et la Tunisie, après l'indépendance de l'Algérie.
L'opération est autorisée par le Secrétaire d'État aux forces armées Max Lejeune mais à l'insu du Président du Conseil.
Alain Savary, Secrétaire d'État aux Affaires Tunisiennes et Marocaines démissionne. La présence de Français dans les administrations tunisienne et marocaine est remise en cause par l'attitude du pilote français de l'avion royal marocain.

23 OCTOBRE 1956 :
En représailles du détournement de l'avion royal marocain, une cinquantaine d'Européens sont massacrés à Meknès.

29 OCTOBRE 1956 :
Intervention militaire à Suez.
"La relation qui unit l'expédition de Suez à la guerre d'Algérie reste déterminante. Guy Mollet et les siens s'obstinent à voir dans l'Égypte nassérienne l'inspiratrice de la rébellion et la pourvoyeuse de ses moyens. Abattre Nasser revenait donc à abattre le F.L.N. dans son sanctuaire. L'arraisonnement de l'Athos le 16 octobre accréditait cette version". ("La Guerre d'Algérie" page 103)
L'échec diplomatique à Suez conduit certains militaires à penser que "les Politiques" ne comprennent rien au problème algérien et arabe. Certains sont déjà à la limite de la désobéissance.
Pour ne pas attirer l'attention sur les préparatifs militaires par des cachets spécifiques, les unités prévues pour intervenir à Suez ont utilisé des timbres-à-date avec mention A.F.N. bien que stationnées à Chypre.

31 OCTOBRE 1956 :
Lancement de l'emprunt Ramadier pour financer le coût élevé de l'effort militaire en Algérie.

Sahara


8 NOVEMBRE 1956 :
Très importante découverte de gaz naturel à Hassi R'Mel.



Drapeau français 15 NOVEMBRE 1956 :
Général Salan
Le général Salan est nommé Commandant-en-Chef en Algérie.








Les trois divisions d'Alger, d'Oran et de Constantine deviennent des Corps d'Armée, divisés en "zones opérationnelles" placées sous la direction d'un général, qui commande des secteurs, eux-mêmes placés sous l'autorité d'un colonel.
Les Corps d'Armées opèrent dans les Régions Territoriales correspondant aux départements d'Alger, Oran et Constantine d'avant la réforme de 1955/56.
Les Régions Territoriales sont divisées en 4 ou 5 Zones Opérationnelles correspondant aux nouveaux départements et commandés par un Commandant de Division.
Les Zones Opérationnelles sont divisées en Secteurs dont les limites sont celles des arrondissements et qui disposent d'un régiment.
Les Secteurs sont divisés en Quartiers au niveau du Bataillon, eux-même éventuellement en sous-secteurs au niveau de la Compagnie.




L'Armée en Algérie diffuse un hebdomadaire de propagande "Le Bled" qui sert de liaison entre les différentes unités et donne le "ton officiel". Pour la Légion, il y a le "Képi Blanc".
On connaît plusieurs marques administratives relatives à ces journaux :

Journal Le Bled
Lettre en franchise oblitérée 28 8 56 avec en-tête imprimée "Le Bled" et cachet de vaguemestre diamètre 37/25 mm "PERIODIQUE MILITAIRE D'INFORMATION / + LE BLED + // Le / Vaguemestre"


Revue Képi Blanc
Lettre affranchie oblitérée de Sidi-bel-Abbès, berceau de la Légion le 18/7/58 avec cachet double cercle à pont 38/24 mm "REVUE OFFICIELLE / DE LA LEGION ETRANGERE /// Képi Blanc"
Lettre................................................... 60 €



16 NOVEMBRE 1956 :
La question algérienne est inscrite sans débat à l'ordre du jour de l'Assemblée Générale de l'O.N.U.

5 DÉCEMBRE 1956 :
Dissolution des conseils généraux et municipaux en Algérie.
C'est le gouvernement de Guy Mollet qui, après le vote des « Pouvoirs spéciaux », s'engage par décret du 28 juin 1956 à « transformer les communes mixtes d'Algérie en communes régies par la loi municipale du 5 avril 1884 ».
En Algérie, le ministre-résident Robert Lacoste met tous ses espoirs dans la réalisation de cette réforme qui devait encourager le retour de la paix. En effet, l'instauration du collège unique, l'élection des conseils au suffrage universel étaient considérées comme essentielles à « l'exercice des responsabilités [...] et à la formation progressive et rapide de véritables élites ».
La réforme se heurtera au gigantisme des opérations de délimitations de l'assiette foncière des nouvelles communes à réaliser dans des régions sous haute surveillance militaire. À la fin de l'année 1957, ce sont 1 468 communes qui sont érigées, en 1959, leur nombre passe à 1 525. Mais les élections prévues par les textes seront retardées et n'auront lieu qu'au mois d'avril 1959.
D'où une solution provisoire que la Délégation spéciale va incarner le temps nécessaire.

Source : http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Farticle326&lang=fr.html

Délégation Spéciale
Lettre de la S.A.S. de Boulef-Fesdif avec le cachet de la Délégation Spéciale de cette commune avant les élections d'un Conseil Municipal 5/6/59

24 DÉCEMBRE 1956 :
Assassinat d'André Frogier, Président de l'Interfédération des Maires d'Algérie par Ali La Pointe.

28 DÉCEMBRE 1956 :
Horribles "ratonnades" organisées par la population européenne à Boufarik après les obsèques de M. Frogier. Elles font près de quatre cents morts.

FIN 1956 :
On voit apparaître des cartes de franchise militaire privées éditées par la maison Baconnier à Alger. Elles célèbrent l'œuvre de pacification de l'armée française, mais mettent aussi en exergue les exactions des "rebelles". Au verso figure en haut à droite les lettres FM entourées dans un rectangle noir. Il a été signalé plus de quarante cartes différentes (Sinais et Weingarten No 1 à 41).

recto carte FM enfants
Carte FM Baconnier enfants
"Ils sont l'avenir de la communauté franco-musulmane..."


Verso de la Carte
Carte FM baconnier école brûlée par les rebelles
"Comme 300 autres, cette école a été brûlée par les rebelles"


Ecole kabyle
Ecole Kabyle
"Grace à l'Armée de Pacification qui leur fournit des locaux et des maîtres, ces jeunes Kabyles, dont l'école a été détruite, peuvent continuer à aller en classe"
LettreCarte neuve................................................... 15 €
LettreCarte ayant voyagé en 1956.....................................60 €
LettreCarte ayant voyagé après 1956 ................................ 30 €

1957 :
La guerre civile entre F.L.N. et M.N.A. en métropole ne fait que s'aggraver, mais inexorablement le F.L.N. gagne du terrain.
Au début de 1957, il y a de part et d'autre environ 15 000 militants. La Fédération de France du F.L.N. envoie au F.L.N. de 800 millions à 1 milliard d'anciens francs par mois (plus que l'aide des pays arabes !).
La participation de la population algérienne en métropole est très grande, soudée par l'adversaire.



7 JANVIER 1957 :
Général Massu
Le Général Massu, Commandant la 10ème Division Parachutiste, de retour de Suez, est chargé du Maintien de l'Ordre dans l'agglomération algéroise avec tous les pouvoirs de police sous le contrôle supérieur de l'IGAME (Inspecteur Général de l'Administration en Mission Extraordinaire) Serge Baret, préfet d'Alger.


IGAME Alger
Lettre personnelle, à l'occasion des voeux, de Serge Baret, préfet d'Alger et IGAME de la région d'Alger (préfet régional), datée 24/1/58

Robert Lacoste confie au général Massu la totalité des pouvoirs de police et lui fixe pour objectifs :
  • l'anéantissement des terroristes,
  • la destruction de l'organisation politique du F.L.N.,
  • le revirement de l'opinion publique musulmane.

  • Le général Massu a notamment à sa disposition le 1er R.E.P. du colonel Jean-Pierre, le 1er R.C.P. du colonel Meyer, le 2ème R.C.P. du colonel Fossey-François et le 3ème R.C.P. du colonel Bigeard.

    Un Dispositif de Protection Urbaine (D.P.U.) qui surveille la ville quartier par quartier, est mis en place avec des Centres de Triage et de Transit où la torture est couramment pratiquée. Les auxiliaires musulmans du D.P.U. sont vêtus de vêtements de travail dits "bleus de chauffe", dont ils tireront leur surnom.
    Le rôle des Groupes de Protection Urbaine était de relever, une fois les réseaux terroristes anéantis, les unités parachutistes auxquelles cette tâche avait été confiée.
    Ils étaient composés d'Européens auxquels l'autorité militaire remettait une autorisation de port d'armes et une autorisation de circuler librement, le jour et la nuit. Groupés par immeubles et par quartiers, leur rôle était celui d'auxiliaires de police, recueillant des renseignements et pouvant concourir à des arrestations.
    Dans les villes musulmanes, un dispositif similaire existait encadré par des terroristes repentis, c'était les "Dispositifs d'Organisation des Populations Musulmanes".
    Les attentats diminueront au fur et à mesure de la mise en place du dispositif jusqu'à l'automne. C'est la Bataille d'Alger.





    Sahara

    10 JANVIER 1957 :
    Loi No 57-27 créant l'Organisation Commune des Régions Sahariennes (O.C.R.S.) "dont l'objet est la mise en valeur, l'expansion économique et la promotion sociale des zones sahariennes de la République Française et à la gestion de laquelle participent l'Algérie, la Mauritanie, le Soudan, le Niger et le Tchad".
    Sous l'impulsion d'Houphouët Boigny, l'O.C..R.S. est conçue comme un organisme fédéral auquel on prête un caractère politique. Elle est créée après la découverte de gaz à Hassi R'Mel et de pétrole à Edjeleh, mais la nécessité d'une nouvelle organisation des régions saharienne date du début des années 50.
    L'O.C.R.S. est placée sous l'autorité d'un Délégué Général, chargé de coordonner le développement économique et social du Sahara.
    Certains ont comparé cette structure, dans ses finalités économiques, à la Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier (C.E.C.A.) créée en 1951 entre six pays d'Europe occidentale.

    Texte complet de la loi



    16 JANVIER 1957 :
    Attentat au bazooka contre l'immeuble où siège le général Salan et son état-major. Salan accuse Michel Debré.

    11 FÉVRIER 1957 :
    Fernand Iveton est guillotiné à Alger après avoir rallié la révolution algérienne. Il s'était enrôlé dans les Combattants de la Libération structure clandestine créée par le Parti Communiste Algérien en juin 1955 et avait tenté de poser une bombe dans une usine à gaz.

    Lahbi Ben M'Hidi
    Larbi Ben M'Hidi lors de son arrestation.
    photo © ECPAD
    25 FÉVRIER 1957 :
    Larbi Ben Mehdi, chef du F.L.N. à Alger est arrêté à Alger. Il est retrouvé mort dans sa cellule quelques jours plus tard.

    Le C.C.E. algérien quitte Alger début mars.


    23 MARS 1957 :
    Maître Ali Boumendjel meurt sous la torture. René Capitant, Garde des Sceaux démissionne.

    25 MARS 1957 :
    Émission d'un timbre consacré à la ligne électrifiée entre Bône et Tebessa et les mines de l'Ouenza et du Kouif.

    Ligne Bône-Tebessa


    5 AVRIL 1957 :
    Création de la Commission de Sauvegarde des Droits et Libertés Individuels en Algérie.


    Timbres Croix-Rouge avec légende REPUBLIQUE FRANCAISE





    DÉBUT 1957 :
    Il est décidé que tous les timbres spécifiques à l'Algérie nouvellement gravés porteront en toutes lettres les mots "RÉPUBLIQUE FRANÇAISE" et non plus "RF". Les premiers timbres concernés sont ceux de la série Croix-Rouge, émis le 6 avril.
    Les timbres dont seules la faciale et les couleurs sont modifiées ne sont pas concernés.
    Cette dernière règle sera revue en juillet 1958 avec le 6 F Alger qui sera regravé.

    BF Croix-Rouge 1957
    Bloc-feuillet dentelé et gommé ayant pouvoir d'affranchissement comprenant les deux timbres avec légende "REPUBLIQUE FRANÇAISE" en toutes lettres.




    LA RÉFORME DÉPARTEMENTALE DE 1957

    20 MAI 1957 :
    Parution du décret modifiant les limites des douze nouveaux départements définis par le décret 56-841 et 56-842 du 28 juin 1956:
    Voir le texte complet

      Note : le département de Bône avait été créé par la loi du 7 août 1955.

      Les cachets postaux seront modifiés en conséquence mais avec beaucoup de retard.
      Les cachets de la poste civile ainsi modifiés sont assez courants.
      En ce qui concerne les cachets avec mention SAS, à cette époque, il y a encore peu d'agences postales au siège des SAS et par conséquent il y a peu de SAS avec des cachets portant des départements différents suite au décret du 20 mai.

      Nom de la S.A.S.
      Ancien département
      Nouveau département
      S.A.S. créée le
      AFIR
      ALGER
      TIZI-OUZOU
      1/11/57
      AIN EL HADJEL
      ALGER
      MEDEA
      15/6/57
      BAB-EL-ASSA
      ORAN
      TLEMCEN
      ?
      BOUZINA
      CONSTANTINE
      BATNA
      24/7/57
      DJELIDA
      ALGER
      ORLEANSVILLE
      16/11/57
      ERRAGUENE
      CONSTANTINE
      SETIF
      5/7/57
      TARGRET
      CONSTANTINE
      SETIF
      1/8/58 ?
      TIFELFEL
      CONSTANTINE
      BATNA
      18/12/57

      Il est à noter que des SAS qui ont été créées après le 27 mai ont néanmoins reçu des cachets avec le nom de l'ancien département. La mise en place du nouveau découpage a mis un certain temps.

    Djelida SAS ALGER Djelida SAS ORLEANSVILLE
    DJELIDA (Alger) DJELIDA (Orléansville)
    Ain El Hadjel SAS ALGER Ain El Hadjel SAS MEDEA
    AIN EL HADJEL (Alger) AIN EL HADJEL (Médéa)

    Lettreavec cachets de SAS des nouveaux départements jusqu'à l'été 57 . 85 €
    LettreAvec cachet civil des nouveaux départements jusqu'à l'été 57.... 50 €
    LettreAvec cachets SAS après 57 à partir de .......................... 30 €
    LettreAvec cachets civils après 57 à partir de ........................ 1 €

    L'agence postale Nemours Marine qui avait comme timbre-à-date "NEMOURS MARINE / ORAN" reçoit un timbre-à-date " NEMOURS MARINE / TLEMCEN".

    Cachet Nemours marine Oran Nemours marine Tlemcen

    Lettreavec oblitération "Nemours Marine Tlemcen" .................... 30 €



    21 MAI 1957 :
    Le Gouvernement Guy Mollet est renversé sur une question de confiance concernant des problèmes financiers.

    Sahara


    25 MAI 1957 :
    Nouveau jaillissement de pétrole en Algérie (Hassi Messaoud).





    29 MAI 1957 :
    Une unité du F.L.N. massacre, à Melouza, aux confins de la Kabylie, 300 Algériens soupçonnés d'appartenir au M.N.A.. Aux fins de propagande, le F.L.N. impute le massacre aux parachutistes français.
    Le Chef de Maquis du M.N.A., Mohamed Bellounis, est promu général et recrute une armée de 2 à 3 000 hommes. Mais il échappe au contrôle et commet des exactions. Il sera éliminé avec ses lieutenants en juillet 1958.



    DU CONGRÈS DE LA SOUMMAM À LA BATAILLE D'ALGER
    Page -->
    1



    Retour en tête de page  


    Retour au sommaire de "L'Algérie, d'une Guerre à l'autre : 1939-1962"