LA PHILATÉLIE, TÉMOIN DE L'HISTOIRE
Documentation philatélique replacée dans son contexte historique

URL du site : http://www.histoire-et-philatelie.fr


L'Indochine Française dans la Tourmente 1939-1955+


Retour au sommaire de "L'Indochine Française dans la Tourmente 1939-1955+"





Accès à la chronologie des années : Août.1939 Juil.1940 1940 (Juil-déc) 1941 1942 1943 1944/fév.45





Les événements récents d'Indochine ne peuvent être compris sans un rappel des données historiques, géographiques et économiques de cet ensemble de territoires.


DONNÉES GÉNÉRALES



 


DONNÉES GÉOGRAPHIQUES ET HISTORIQUES


Carte de l'Indochine physique
Carte de l'Indochine montrant un pays très montagneux sur sa partie Est et Nord ce qui explique en partie la difficulté pour contrôler ces territoires.

Carte de l'Indochine

Indochine


La Fédération Indochinoise est, en 1944, divisée en cinq territoires à statut différent : Elle est placée sous l'autorité d'un Gouverneur Général siégeant à Hà Nội, et responsable devant le Ministre des Colonies à Paris.

Population : 25 millions d'habitants en 1945, dont seulement 50 000 Européens.
A des populations très anciennes de type indonésien/mélanésien que les Vietnamiens qualifient de Moïs (sauvages), sont venus s'ajouter, venant du Yunnan chinois vers le Sud, des peuples plus récents et plus évolués.
Les Taïs sont les plus nombreux au Nord, les Moïs au Sud.
Le Tonkin, l'Annam et la Cochinchine constituent un même peuple fortement marqué par la Chine tant par sa culture, ses méthodes agricoles que par son système social et politique.

La gestion coloniale : «Agir en sorte que jamais le nationalisme vietnamien ne prenne suffisamment de force pour contester et détruire le système colonial», tel est le principe fondamental de l'Administration française
["Que sais-je" No 398 : Le Viêt-Nam par Pierre Richard Feray p.29].

Pour cela, elle contrôle soigneusement l'accès aux fonctions d'autorité par les élites autochtones et continue la traditionnelle oppression des paysans en s'appuyant sur les notables et les grands propriétaires fonciers.
La société européenne d'Indochine est imbue d'un complexe de supériorité raciale. La société coloniale d'Indochine n'admet pas la moindre mesure susceptible de menacer sa position privilégiée.
Afin de faire oublier l'ancien Empire, le colonisateur l'a divisé en trois parties de statut différent (Cochinchine, Annam et Tonkin) et y a ajouté deux régimes périphériques, le Laos et le Cambodge.
Il distingue les pays «hindouisés» (Laos, Cambodge) des «pays annamites» (Tonkin, Annam, Cochinchine).
Certains territoires ont un souverain qui possède une petite autonomie sous le contrôle d'un résident français, d'autres sont administrés directement.

Carte administrative de l'Indochine en 1939
Carte administrative de l'Indochine en 1930

La société indochinoise : Le système féodal tel qu'en Europe ou au Japon n'a jamais existé au Viêt-Nam, la monarchie s'est toujours appuyé sur une hiérarchie de fonctionnaires, les mandarins, recrutés par un système complexe de concours triennaux.
Les communes sont autonomes et dirigées par un Conseil de Notables; le pouvoir central a affaire au Conseil et non avec les individus notamment en matière fiscale.

L'économie : La richesse indochinoise est dominée par l'import-export, plus particulièrement par le commerce du riz, les plantations de coton, d'hévéa, de thé et de café et par les mines du Tonkin (charbon, étain, tungstène, plomb, zinc).
Soucieuse de rassurer le contribuable métropolitain sur le coût de l'aventure impériale, la République a érigé au début du XXème siècle le principe de l'autonomie financière de chaque colonie ou groupe de colonies (fédérations). L'Indochine ne doit donc rien recevoir du budget français, elle ne peut compter que sur elle-même pour s'équiper.

Vignette Femme meo
Dans les années 30, des carnets de vignettes, appelées "timbres-souvenir" NON POSTAUX, vantant les atouts touristiques des colonies françaises sont édités par les organismes de tourisme à titre publicitaire.
Un carnet comprenant deux blocs différents de 20 vignettes entourés de papier sulfurisé pliés et collés sur quelques millimètres sur la couverture intérieure et de chaque coté, sera consacré à l'Indochine.
Des carnets ont été rencontrés avec des vignettes en vert, brun-rouge, rouge et gris.
Sur la couverture intérieure, figurent différentes informations touristiques sur l'Indochine. La couverture intérieure et extérieure du carnet est en langue anglaise ou en langue française. Les légendes des vignettes sont en français.
Chaque vignette porte en bas à droite la légende "HELIO-VAUGIRARD-PARIS" ou "HELIO-VAUGIRARD". Ces vignettes ne devaient pas être collées au recto des enveloppes mais au verso.

Extérieur du carnet de vignettes
Intérieur des carnets
Extérieur et intérieur du carnet, tel qu'il était vendu avec des feuilles de papier sulfurisé intercalées pour éviter que les timbres ne collent entre eux.
er bloc de vignettes
2ème bloc de vignettes
Les deux blocs émis pour l'Indochine. Seule la couleur de l'impression change d'un carnet à l'autre.

Autres couleurs rencontrées :

Carnet bordeaux
bloc de vignettes rouges
bloc de vignettes grises

Carnet de vignettes en français
Couverture d'un carnet en français, vendu initialement 4 francs puis 2 francs (nouveau prix dans un rectangle apposé au tampon à l'encre rouge).

Vignette Baie d'Along
Une autre société "Glatiny" vendit également de telles vignettes en plusieurs couleurs dont trois "feuilles" consacrées à la "France d'Outremer" (avec l'erreur outremer au lieu de outre-mer). Ces vignettes portent en bas le texte "LA BELLE FRANCE             H.-V.".

Carnet glatigny
intérieur
Carnet glatigny feuille de vignettes
Série de vignettes relatives à l'Indochine. Il n'y a pas d'intercalaires en papier sulfurisé ce qui laisse penser que ces vignettes n'ont été vendues qu'en métropole.

Note : vue la manière dont les feuilles étaient "pliées" dans les carnets, les dentelures laissent souvent à désirer.

LA COCHINCHINE :


Carte Cochinchine
La Cochinchine, occupée dès 1859, est depuis 1867, une Colonie Française, partie de la République, ses habitants sont sujets ou citoyens français et sont représentés par une Assemblée élue et un Conseil Colonial, dirigé par le Gouverneur de la Cochinchine.
Élu par le jeu du double collège qui privilégie largement les Français, le Conseil Colonial de Cochinchine a pour fonction essentielle de voter le budget local.
C'est une terre de colonisation où des pionniers refoulant la minorité cambodgienne ont assaini progressivement une vaste zone amphibie.
La surface des rizières fut sextuplée; la colonie peut fournir avec son riz l'essentiel des exportations de la Fédération.
Les grandes affaires sont dominées par trois grands groupes : La Banque de l'Indochine, le Groupe Rivaud et le Groupe Rotschild - de Wendel.

Population : 5 millions d'habitants dont 20 000 Européens et 600 000 Cambodgiens.
Sài Gòn, trois cents mille habitants avec sa ville jumelle chinoise de Cholon, est la capitale de ce territoire, le plus riche de la Fédération. Elle est passée à 2 millions d'habitants en 1954 à cause de l'exode rural dû à l'insécurité.

Religion : bouddhisme, mais forte minorité catholique.
Le phénomène des sectes ne touche guère que la Cochinchine, secte caodaïste fondée en 1926, par Lê Van Trung, et qui s'est ensuite constamment développée (300 000 adhérents en 1938) et la secte Hoa-Hao fondée en 1935 par le «bonze fou» Huynh Phu So (40 000 adeptes en 1944).
Une secte «Dao-Xen» sera également fondée en 1939 sous le signe de la sorcellerie et de la restauration du Bouddhisme.
Bureau Caodaiste
(Dessin Guy Venot)
Étant donné l'importance de la secte caodaiste, un bureau de poste «TAY NINH TOA THANH CAO DAI / fleuron VIETNAM fleuron » sera ultérieurement ouvert à la pagode centrale.

Troupes caodaistes
Lettre d'un lieutenant commandant les troupes caodaistes à Vinhlong en 1954

LE CAMBODGE


Carte du Cambodge
Le Cambodge, est, depuis 1863, un Protectorat Français.
Le souverain régnant est S.M. Monivong, à qui succédera le prince Norodom Sihanouk âgé de 18 ans en 1940.
Le gouvernement cambodgien est présidé par un Résident Supérieur de France.

Population : 4 millions d'habitants dont 2 000 Européens.

Religion : bouddhisme.  

L'ANNAM

Carte de l'Annam
L'Annam, est, depuis 1884 un Protectorat Français et dispose d'un gouvernement autochtone local, présidé par un Résident Supérieur.
Sa capitale est Hué où, dans une «cité interdite», réside l'Empereur S.M. Bao-Dai âgé de 25 ans en 1940.
Tourane est le port de Hué et Dalat est une petite station climatique créée par les Français.
L'Annam est bordé à l'Ouest par la cordillère annamite et se prolonge vers le Sud par les Hauts Plateaux.

Population : environ 6 millions d'habitants dont 5 000 Européens.
La population annamite représente 65% de la population de l'Indochine. L'Annam était en pleine expansion vers ses voisins lors de l'arrivée des Français au XIXème siècle.

Religion : mélange de confucianisme, de bouddhisme et de taoïsme, forte minorité catholique.


LE TONKIN


Carte du Tonkin
Le Tonkin a été détaché de l'Annam en 1886 puis a été administré à la fois comme protectorat et comme colonie avec des gouverneurs de province vietnamiens et un Résident Supérieur mais pas de gouvernement autochtone local.
Seulement 15% du territoire est vraiment «utile» ; le reste (Moyenne et Haute Régions) est composé de massifs montagneux accessibles seulement par quelques vallées ou cols : Cao Bang, Lang Son et Dien Bien Phu (vers le Laos).

Population : environ 9 millions cinq cent mille habitants dont 20 000 Européens.
Hà Nội a environ deux cents mille habitants et était la capitale politique et administrative de l'Indochine Française avant la deuxième guerre mondiale. C'était le siège du Gouvernement Général.

Économie : Hải Phòng est le port de Hà Nội (anciennement Dong Kinh puis La Thanh - cité du dragon), la Baie d'Along se trouve au nord-est de Hải Phòng et abrite le port de Hongay où se trouve un important gisement charbonnier.
Les ressources locales ne suffisent pas à nourrir la population. Du riz notamment doit être importé de Cochinchine. Ce sera l'une des principales raisons de l'obsession de Hô Chi Minh d'unifier le Tonkin et la Cochinchine.

Religion : mélange de bouddhisme, de taoïsme et de confucianisme; forte minorité catholique au sud du delta du Fleuve Rouge.

LE LAOS

Carte du Laos
Le Laos réunit un protectorat (le royaume de Luang Prabang dont le souverain est S.M. Sisavang Vong et qui comporte les trois provinces du Nord Luang Prabang, Samneua et Phong-Saly) et des colonies : provinces du Centre et du Sud.
La capitale administrative est Vientiane (trente mille habitants).

Économie : Le Laos «utile» est limité à la Vallée du Mékong.

Population totale : un million d'habitants.

Religion : bouddhique.

Le protectorat du Laos possède un régime particulier : n'étant pas un État unifié, il est divisé originellement en deux régions, le Haut-Laos et le Bas-Laos. Lors de l'intégration du pays à l'Union Indochinoise, Paul Doumer unifie les deux régions et les place sous l'autorité d'un résident supérieur, subordonné au gouverneur général de l'Indochine et installé à Vientiane.
En 1939, le Laos est divisé en dix provinces : le royaume de Luang Prabang garde un régime spécial de protectorat, le roi conservant le pouvoir de légiférer, entouré d'un conseil de dignitaires, mais flanqué d'un Commissaire du gouvernement et de fonctionnaires français, qui représentent le Gouvernement Général. Les neuf autres provinces, dont l'ex-royaume de Champassak, et Vientiane, au statut de principautés, sont placées sous administrations directes de résidents français.(Wikipédia).

Sous la pression des événements (guerre franco-siamoise ayant amputé une partie importante du territoire lao au profit du Siam), le traité franco-lao du 29 août 1941 modifiera le statut juridique du Laos par l'intégration au Royaume de Louang Prabang, des provinces septentrionales et de la principauté de Vientiane.

 


DONNÉES INSTITUTIONNELLES


Les «Corps Élus» en juillet 1940 sont :

Au niveau du Gouvernement Général, l'administration comprend notamment :
En 1937, il y avait 5 800 colons et 4 700 fonctionnaires dont 450 fonctionnaires d'autorité.





 



LES MOUVEMENTS NATIONALISTES AVANT LA GUERRE


Le Parti Constitutionnaliste fondé en 1923 se veut le champion de la modernité et veut faire appel à la «France Démocratique». Expression de la bourgeoisie cochinchinoise, il réclame plus de libertés, plus de place pour les Annamites dans les administrations et la Direction du Pays, notamment pour ceux qui ont fait leurs études en métropole.

En novembre 1927, de jeunes Tonkinois fondent le V.N.Q.D.D. (Viet Nam Quoc Dan Dang) sur le modèle du Kuomintang de Sun Yat Sen. Au problème national (pays soumis à la domination étrangère), politique (remplacement de la monarchie confucéenne) et social (misère paysanne), ils répondent par : nationalisme, démocratie et socialisme. Le parti est décapité en 1930 à la suite du soulèvement de la garnison tonkinoise de Yen-Bay (8-9 février 1830).

HCM 3/2/1930
Drapeau du PCI
Drapeau du P.C.I.
Le 3 février 1930 est créé le Parti Communiste Indochinois par Nguyên Ai Quoc.
Un timbre de la République Socialiste du Viêt-Nam (Y&T RSVN No 570) émis pour le 40ème anniversaire représente le jeune Nguyên Ai Quôc à l'époque de la création du parti.




 



LES PRINCIPAUX ACTEURS VIETNAMIENS DE LA GUERRE D'INDOCHINE


HO CHI MINH :


Hô Chi Minh
Fils d'un petit lettré de village, il naît en 1890 (1892 ?), dans le Nghê-An à Kiem-Lien près de Vinh au Nord-Annam, sous le nom de Nguyên Sinh Cung; il change de nom à 12 ans et prend son nom d'homme : Nguyên Thât Thành (porteur de grandes espérances).
Il fait d'assez bonnes études au lycée de Hué puis vit de petits métiers: artisan, instituteur... .
Latouche Tréville
Timbre paru en 2011 montrant en fond le Latouche-Tréville
En 1911, il s'embarque sur le bateau «Latouche-Tréville» comme cuisinier et, après de nombreuses escales notamment en Afrique, il arrive à Paris en novembre 1917 où il reste jusqu'en 1923.
HCM et le Paria
Timbre (non dentelé) d'une série consacrée au centenaire de sa naissance et faisant allusion à sa participation au journal "Le Paria"
Il fréquente les milieux de gauche où il milite pour l'émancipation des peuples d'Indochine.

Un timbre de la République Socialiste du Viêt-Nam (Y&T RSV No 1058) rappelle la participation de Hô Chi Minh au journal "Le Paria".

C'est à cette époque qu'il rédige le «Procès de la Colonisation Française» qui servira de base à la Déclaration d'Indépendance de 1945. Il adhère au parti communiste français en juin 1923.

Procès de la Colonisation Française
"Le Procès de la Colonisation française" par Nguyên Ai Quoc publié en 1925.
photo extraite de "Le Vietminh" par Eric Deroo et Christophe Dutrône, éditions Les Indes Savantes 2008

HCM
En décembre 1923, il quitte Paris pour Moscou où il devient membre du Komintern et participe à deux congrès de l'Internationale; puis il part pour Canton, en janvier 1925, où sont regroupés les opposants indochinois.
Il y fonde en juin 1925 le Groupe Thanh Niem (Association de la Jeunesse Révolutionnaire Vietnamienne) où les thèmes nationalistes l'emportent sur la dialectique marxiste-léniniste.
La rupture Tchang Kaï-chek / Parti Communiste Chinois l'oblige à quitter Canton en avril 1927. Il se réfugie à Hankéou puis à Moscou.



Drapeau du PCI De retour à Hong-Kong, il transforme son petit groupe, le 3 février 1930, en «Parti Communiste Vietnamien» qui prend rapidement, à la demande de Moscou, le nom de «Parti Communiste Indochinois» (Viêt-Nam Cong Sang Dang).
En font partie Tran Phu, secrétaire général, formé à Moscou et Pham Van Dong, jeune mandarin formé en Chine.
Tran Phu

Tran Phu figure sur des timbres du Viêt-Nam Nord consacrés aux 35ème, 40ème et 45ème anniversaire de la fondation du Parti (Y&T VNN No 406 et 656, 842) ainsi que sur un timbre émis après son décès en 2004.

Deux bases essentielles sont retenues :

  • 1) lutter contre l'impérialisme français et conquérir l'indépendance;

  • 2) lutter contre le féodalisme et donner la terre aux paysans.



  • Fomentés par Nguyên Ai Quôc, des troubles éclatent pendant l'été 1930 dans sa province natale où sévit la famine comme dans tout le Nord de l'Annam frappé de plein fouet par la crise mondiale.
    Il est alors condamné à mort par contumaces et est arrêté par les Anglais à Hong-Kong le 6 juin 1931 mais il parvient à s'échapper. On le retrouvera plus tard à Moscou et en Chine.




    Général Giap

    VO NGUYÊN GIAP,

    Il est né en 1912 dans le village de An-Xa dans la province de Quang-Binh (Annam), juste au Nord du 17ème parallèle.
    Son père était un lettré, membre de l'un des nombreux groupes nationalistes révolutionnaires.
    A douze ans, Vo Nguyên Giap va au lycée de Hué. En 1926, il rejoint le «Tan Viet Cach Menh Dang» (Parti révolutionnaire pour un grand Viêt-Nam). Lors de la grande dépression des années 30, il participe à des manifestations paysannes et est arrêté par les autorités françaises.
    Après son baccalauréat, il va à Hà Nội au Lycée Sarraut puis à la Faculté de Droit. Il y obtient une licence en droit et un diplôme de Docteur en économie politique.
    En 1937, il adhère au Parti Communiste Indochinois autorisé après l'arrivée du Front Populaire en France et y rencontre Pham Van Dong qui avait été longtemps emprisonné à Poulo Condore. Il se marrie en 1938, après son doctorat et en est, semble-t-il, très heureux.
    Dès le début de la guerre en Europe, le Parti Communiste Indochinois est interdit. Vo Nguyên Giap s'enfuit en Annam avec sa femme, mais celle-ci est rapidement arrêtée avec sa propre sœur à Vinh. Elle est jugée pour atteinte à la sûreté de l'État et condamnée à la prison à vie. Elle mourra en prison en 1943. Sa sœur est condamnée à la peine de mort et guillotinée.
    On retrouve Giap au Congrès de Tsin-Tsiï dans le Kwangsi, en mai 1941, où il rencontre Hô Chi Minh. Ce dernier le charge de la formation d'une force militaire communiste au Viêt-Nam. Vo Nguyên Giap, pressent que la bataille ne pourra être gagnée dans les plaines et consacre l'essentiel de son action dans les montagnes et les Hauts-Plateaux.
    Général Giap
    Le général Giap figure sur un timbre et un bloc feuillet de la République Socialiste du Viêt-Nam (Y&T RSV No 492 et BF 14). Vo Nguyên Giap, (2ème en partant de la droite).


    PHAM VAN DONG,

    Pham Van Dong
    Il est issu d'une famille de mandarins de la cour de Hué est né en 1906 dans le Quang Ngai.
    Il rencontre Nguyên Ai Quoc à Canton, adhère au Thanh Nien et rentre à l'école des cadres communistes de Whampoa.
    Rentré en Indochine pour former des cellules communistes, il est arrêté et passe 7 ans à Poulo Condore de 1929 à 1936.
    Pham Van Dong
    Un timbre a été émis en 2006 en l'honneur de Pham Van Dong (Y&T Rep. So.c Viêt-Nam No 2241).



    LES ANNÉES D'AVANT-GUERRE



    Dans les années 1930-1940, la société vietnamienne est traversée de courants contradictoires : d'un côté le resserrement des forces conservatrices autour d'une collaboration franco-annamite incarnée par Bao-Dai et le gouverneur Robin, de l'autre le regroupement des forces progressistes et démocratiques au sein du Front Démocratique Indochinois animé par plus de 600 Comités d'Action et dirigé en sous-main par des communistes comme Pham Van Dong, Vô Nguyên Giap ou Tran van Giau.
    Le Front Populaire laisse de bons souvenirs, il libère nombre de prisonniers politiques et accorde à la Cochinchine des droits inédits (journée de huit heures, repos hebdomadaire, congés annuels...).




     



    CHRONOLOGIE


    1875 :
    La Banque de l'Indochine reçoit le privilège d'émission en Indochine tout en restant banque d'affaires.

    6 NOVEMBRE 1925 :
    Décès de l'Empereur Khai Dinh. C'est son fils Bao-Dai, âgé de 12 ans et qui fait ses études en France, qui lui succède. Les pouvoirs de l'Empereur sont transférés par le Conseil de Régence au Résident Supérieur ce qui heurte le sentiment national vietnamien.

    Fondation du Syndicat
    28 JUILLET 1929 :
    Fondation du Syndicat des travailleurs indochinois.
    Une série de timbres et un bloc ont été émis pour le 55ème anniversaire (Y&T RSV Nos 520/25 et BF 14A).


    3 FÉVRIER 1930 :
    Fondation du Parti Communiste Indochinois (voir ci-dessus).

    9 FÉVRIER 1930 :
    Au cours de la nuit, dans une forteresse de Yen Baï (tête du delta du Fleuve rouge), 200 tirailleurs annamites entraînés par 4 jeunes sergents du Parti National du Viêt-Nam, massacrent les officiers et des Européens et s’emparent de la ville. C’est un véritable coup de tonnerre en France. On pourchasse les insurgés, et 12 têtes tombent.

    12 SEPTEMBRE 1930 :
    Création d'un premier "SOVIET" à Nghe Tinh.

    26 MARS 1931 :
    Fondation de l'Union des Jeunes Communistes.


    Drapeau armée impériale SEPTEMBRE 1931 :
    Le Japon envahit la Mandchourie, débouché idéal pour l'économie nipponne et crée l'État du Mandchoukouo.
    Aristide Briand, au nom de la Société des Nations (S.D.N.), envoie des notes comminatoires au Japon. Mais Tokyo voit en lui d'abord un Français ce qui créera un ressentiment indélébile du Japon envers la France.

    MAI 1932 :
    Au Japon, la Crise Mondiale amène les militaires au pouvoir.

    27 MARS 1933 :
    Le Japon quitte la Société des Nations (S.D.N.).



    8 SEPTEMBRE 1932 :
    Retour de Bao-Dai à la Cour de Hué.

    2 MAI 1933 :
    Bouleversement de l'organisation du gouvernement annamite. La plupart des anciens ministres jugés trop vieux sont remplacés par des plus jeunes. Parmi ceux-ci Ngo Dinh Diem, futur Président du Sud-Viêt-Nam.

    20 MARS 1934 :
    Mariage de Bao-Dai avec celle qui deviendra l'Impératrice Nam Phuong.

    27 MARS 1935 :
    Premier Congrès du P.C.I..

    25 NOVEMBRE 1936 :
    L'Allemagne et le Japon signent le pacte anti-Komintern.

    Drapeau du PCI 1936 :
    Gouvernement de Front Populaire en métropole.
    Le P.C.I. commence un travail de noyautage de toute l'Indochine en créant des «Comités d'Action» profitant du fait que les nouvelles autorités ne poursuivent plus les militants communistes.



    Drapeau armée impériale 7 JUILLET 1937 :
    Un incident à Pékin, sur le pont Marco-Polo, habilement exploité permet au Japon de déclarer la guerre à la Chine le 28 juillet. Ils occupent assez rapidement Pékin, Nankin, et Shanghai et bloquent tous les ports chinois jusqu'à l'Indochine. Les ambitions du Japon s'orientent définitivement vers l'Asie du Sud-est, source de pétrole et de caoutchouc.

    10ème anniversaire
    10ème anniversaire (sigle "7.7") émis en Chine du Nord-Est (Michel Nos 53/56)

    Bloc 10ème anniversaire de l'incident du Pont Marco-Polo
    Bloc avec les timbres du 10ème anniversaire

    Un timbre des États-Unis (Y&T Etats-Unis No 457) sera émis pour le cinquième anniversaire de cet "incident".

    Incident du Pont marco-Polo 5ème anniversaire
    Souvenir philatélique oblitéré du 1er jour d'émission du timbre commémoratif




    Timbres du transindochinois

    1937 :
    Achèvement du chemin de fer transindochinois.
    Quatre timbres représentent Paul Doumer qui, en sa qualité de Gouverneur Général, fut l'artisan de ce chemin de fer (Y&T Indochine No 199/201 et PA 15).

    Drapeau armée impériale 1937-1941 :
    Les U.S.A. s'opposent peu à l'expansionnisme japonais.

    Surcharge du Kwantung
    OCTOBRE 1938 :
    Prise de Canton par les Japonais.
    Des timbres chinois surchargés et spécifiques à cette province seront émis à partir de 1942.

    JANVIER / MARS 1939 :
    Les troupes japonaises débarquent dans l'île de Haïnan contrôlant l'entrée du Golfe du Tonkin ainsi que dans les îles Spratley et les Paracels. C'est un avertissement pour la France qui laisse transiter des armes pour la Chine par Hải Phòng, action qui est considérée comme "inamicale" par les Japonais.

    CP de l'île de Hainan
    Carte postale en franchise militaire d'un soldat japonais affecté au FPO 203 de Hainan Dao, avec cachet de censure bleu "Contenu vérifié"
    lettre Avec secteur postal japonais de Hai Nan .....200 €


    MARS 1939 :
    Des incidents sont organisés par les Japonais à Tien Tsin et Shanghai afin de motiver l'exigence nippone de contrôle des concessions internationales existantes. Tous les pouvoirs doivent être remis au gouvernement pro-japonais de Nankin.

    Chine occupée 1940
    Occupation de la Chine par les Japonais



    Drapeau Siam DÉCEMBRE 1938 :
    En Thaïlande le maréchal Luang Phibun devient premier ministre après une propagande xénophobe, particulièrement anti-chinoise. Il s'allie à l'expansionnisme japonais.



    Drapeau Indochine Depuis 1938, devant l'expansion japonaise des systèmes de défense sont mis en place en Indochine. 

    Une agence postale spéciale est crée vers 1938 au large d'Hải Phòng sur l'île de Cat-Ba où se trouve une unité côtière d'artillerie de défense.
    Elle utilise un cachet très rare «AGENCE POSTALE / LACACBA - TONKIN».

    AP Lacacba Cachet AP Lacacba
    lettre Avec cachet agence Lacacba .......... ...............600 €

    De même le Camp de TRAN NINH au Laos, devenu le camp de KHANG KHAY en 1939 possède son propre timbre-à-date : "CAMP DE KHANG-KHAY / LAOS"

    Camp de Tran Ninh
    Lettre venant de Carcassone qui a fait le tour de l'Indochine pour trouver le destinataire en passant par le Camp de Tran Ninh

    Camp de Khang Khay
    verso
    Lettre philatélique recommandée du Camp de Khang Khay (Laos) pour les Pays-Bas, affranchie à 49 cts (au lieu de 23 cts LSE+ 25 cts recom), oblitérée "CAMP DE KHANG KHAY / LAOS" 29/4/40 et transit VINH / ANNAM 3/5/40 et HUE 4/5/40, enfin un cachet d'arrivée peu lisible.
    lettre Avec cachet Camp de Tran Ninh .... ...................150 €
    lettre Avec cachet circulaire Camp de Khang-Khay .... .......200 € 

    D'après Guy Venot (dans le hors série COL.FRA.No 26-1 de 2004 "Laos, essai de nomenclature des oblitérations et marques postales 1893-1958"), ce camp a utilisé un cachet hexagonal plein en 1943/44.

    5 MAI 1939 :
    Arrivée du contre-amiral Jean Decoux à Sài Gòn. Il prend le 12 mai les fonctions de Commandant-en-chef des Forces Navales d'Extrême Orient (FNEO) et de chef suprême des troupes d'occupation en Chine (Shanghai, Pékin, Tien-Tsin, Hankéou, Shameen (Canton), Kulang Su (Amoy international) et dans le territoire de Kouang Tcheou Wan.
    Le navire amiral est le croiseur «Lamotte-Piquet».

    Lettre du Lamotte Piquet
    Lettre en franchise pour le Var avec cachet administratif "FORCES NAVALES / ❖ EXTREME ORIENT ❖ // FRANCHISE / MILITAIRE" et cachet hexagonal pointillé "CROISEUR LAMOTTE-PIQUET ancre" 20/1/40



    6 JUIN 1939 :
    Arrêté autorisant la création d'agences postales rurales et urbaines en Indochine.

    Recettes Auxilliaires extrait 1Recettes Auxilliares extrait 2Recettes Auxilliares extrait 3Recettes auxilliaires extrait 4 recettes auxillaires extrait 5Recettes Auxilliaires extrait 6recettes Auxilliaires extrait 7Recette auxilliaires extrait 8



     

    JUIN 1939 :
    Les tarifs postaux intérieurs, franco-coloniaux, inter coloniaux et internationaux sont modifiés.

    Voir le texte de juin 1939

    Voir le récapitulatif des tarifs postaux de 1939 à 1953


    22-27 JUIN 1939 :
    Conférence franco-britannique de Singapore. Les deux parties étudient les mesures à prendre en cas de conflit en Asie.

    24 JUILLET 1939 :
    Un arrêté du gouverneur général crée une série de valeurs pour les nouvelles figurines à émettre. Elle correspond aux nouveaux tarifs de juin 1939 ci-dessus.


    Creation de timbres (1)
    Creation de timbres (2)



    23 AOÛT 1939 :
    Signature du Pacte germano-soviétique de non-agression.


    Drapeau Français26 aoÛt 1939 :
    La Franchise militaire totale par voie de surface est accordée aux forces armées en Indochine et en Chine. Il n'y aura pas de «poste aux armées» en Indochine pendant la deuxième guerre mondiale sauf lors du conflit avec le Siam en 1940/41.

    Il avait été prévu des BPM de la série 700, mais aucun cachet de cette série n'a été signalé. De même une agence postale navale N°32 aurait dû être créée à Sài Gòn, mais elle ne fut finalement pas mise en service.

    La franchise est justifiée par un cachet administratif ou de de vaguemestre. Du fait des grandes distances à parcourir, la plupart des plis militaires sont revêtus d'une surtaxe avion. Les plis pour la métropole totalement sans timbres sont rares.

    [Voir Les communications avec la métropole avant juin 1940]



    Le chapître chronologique suivant est : ›››››››››

    L'Indochine du Général Catroux (juillet 1939-juillet 1940)






    Retour en tête de page


    Retour au sommaire de "L'Indochine Française dans la Tourmente 1939-1955+"








    Bibliographie Historique
    Biblio historique

    "L'Indochine à l'heure japonaise" par J. Legrand, février 1963

    "A la barre de l'Indochine, histoire de mon Gouvernement Général (1940-1945)" par l'amiral Jean Decoux, Plon, 1949

    "La France en Indochine de Catroux à Sainteny" par Jean-Michel Pedrazzani, Arthaud, 1972

    "L'Amiral Jean Decoux 1884-1963, Le dernier Gouverneur Général de l'Indochine de 1940 à 1945" par Jacques Decoux (son petit-neveu), Paris, 2009

    "De Gaulle et l'Indochine, 1940-1946" ouvrage collectif par l'Institut Charles de Gaulle, Plon, 1981

    "Deux actes du drame indochinois : Hanoi : juin 1940, Dien Bien Phu Mars-Mai 1954" Général Catroux, Plon, 1959

    "Histoire du Viêt-Nam de 1940 à 1952" par Philippe Devillers, éditions du Seuil, 1952.

    "L'Indochine en guerre 1940/45" par Christophe Dutrone et Etienne Le Baube, hors-série numéro 3 de la revue Batailles , 2005.

    "L'Indochine 1945/1946 Le rendez-vous raté" par Christophe Dutrone , hors-série numéro 1 de la revue Batailles, 2004.

    "The Vietnamese War, Revolution and Social Change in the Mekong Delta 1930-1975 " volumes 1 and 2, by David W. P. Elliott, an East gate Book, 2003.

    "Communist Indochina" by R.B. Smith, Rootledge, 2009.

    BIBLIOGRAPHIE PHILATÉLIQUE

    Bibliographie Philatélique

    OUVRAGES GÉNÉRAUX


    "YVERT & TELLIER Catalogue Mondial de Cotation", éditions Yvert et Tellier, Amiens

    "MICHEL Catalogue Mondial de Cotation", éditions Schwaneberger Verlag GmbH, München, Allemagne.

    "MAURY CERES & DALLAY" catalogues de cotation timbres-poste, Editions Arthur Maury.

    "MARIANNE Timbres de France", par J.F. Brun, J. Storch et R. Françon, catalogue Fédéral 1984-85

    "Catalogue des Oblitérations Militaires Françaises 1900-1985", 1987 par Bertrand Sinais.

    "Histoire de la Poste Navale" ",par Jacques Mériaux, tome II, thèse de doctorat d'histoire, Editions Bertrand Sinais, 1998

    "La Poste Navale 1943-1963",par Jacques Mériaux édité par l'Echo de la Timbrologie1974

    "Catalogue des Oblitérations Navales Françaises 1771-1986" par Bertrand Sinais 1987.

    "Catalogue Mondial des Coupons-Réponse" tome 1 et tome 2 par André Hurtré, publiés par l'Académie de Philatélie en 2010 et 2014.

    "The International Postage Meter Stamp Catalog", by Joel A. Hawkins & Richard Stambaugh, published by the authors, 2005. L'essentiel de l'ouvrage a été repris sur le site : http://en.wikibooks.org/wiki/International_Postage_Meter_Stamp_Catalog

    "La Poste aux Armées" par Maurice Ferrier Editions Sun, 1975.

    "Le service postal dans les armées 1968-2010" par Pierre Couesnon, Amicale de la Poste aux Armées 2011.

    "World History Stamps Atlas" par Stuart Rossiter et John Flower, Editions MacDonald & Co (Publishers) Ltd, 1989 (WHSA--)

    "Catalogue des Entiers Postaux des Colonies Françaises" édité par l'Association des Collectionneurs d'Entiers Postaux (ACEP) en 2001,

    "Les Entiers Postaux de France et Monaco" par J. Storch, R. Françon et B. Sinais, Editions Bertrand Sinais 2005.

    "Catalogue des Oblitérations Mécaniques Françaises (sauf SECAP après 1960)" par Gérard Dreyfuss éditions Yvert et Tellier 1994,

    "Les Tarifs Postaux Français 1627-1969 et 1969-1988", par J.-P. Alexandre - Barbey - J.F. Brun - G. Desarnaud et Dr R. Joany éditions Brun et Fils, 1989.

    "Catalogue des Cartes Postales de Franchise Militaire", par Bertrand Sinais et André Weingarten, Editions Philoffset, Marseille, 1992

    "Civil and military censorship during world war II", par Dr H.F. Stich, W.Stich et J Specht, Vancouver, 1993

    "Die Postzensur Handbuch und Katalog" par Karl Kurt Wolter Band II Neuzeit (1939-1965) Druck und Verlag Georg Amm, 85 Nürnberg, 1966

    "History of British Army Postal Service" Vol III 1927-1-63 edited by Edward B. Proud, 1982

    "Geographic locations of US APOs 1941-1978" par James Shaffer du War Cover Club Octobre 1979.

    Articles des "Feuilles Marcophiles", publiés par l'Union Marcophile.

    Articles des revues philatéliques "Le Monde des Philatélistes", "Timbroscopie", "Timbres Magazine", "La Philatélie Française", "L'Écho de la Timbrologie"..

    Site internet "Philatélie Française" http://www.philateliefrancaise.fr


    OUVRAGES ET ARTICLES SPÉCIFIQUES :

    "Les postes et courriers français en Extrême-Orient" par Jacques Desrousseaux, original déposé au Musée de la Poste à Paris. Il a été également imprimé par le groupement philatélique français "COL.FRA.".

    "Courrier entre la France et l'Extrême Orient pendant la dernière guerre (période 1939-41) " par Jacques Desrousseaux, Feuilles Marcophiles No 211, 212, 216 et 221.

    "Histoire Postale et Militaire Des Forces Aériennes Françaises en Indochine" par René Goin, brochure éditée par le Cercle de Philatélie "Zéphir Demanet" à Hastière (Belgique) vers 1990.

    "The Society of Indochina Philatelists (S.I.C.P.)" has published in its quaterly bulletin a lot of information related to the various aspects of the philately in French Indochina. website : http://www.sicp-online.org/index.htm

    La société Imnahastamp a publié sur son site   http://www.imnahastamps.com/vietminh/   un certain nombre de plis illustrant cette période.

    "Postal and Airmail Rates in France and Colonies 1920-1945" by Robert E. Picirilli, published by the France and Colonies Philatelic Society (GB) 2011

    "Geographic locations of U.S. APOs 1941-1978" compiled and edited by James Shatter du War Cover Club octobre 1979



    Retour en tête de page


    Retour au sommaire de "L'Indochine Française dans la Tourmente 1939-1955+"