La France dans le contexte international 1943-1958  


favicon du site   LA PHILATÉLIE, TÉMOIN DE L'HISTOIRE
Documentation philatélique replacée dans son contexte historique

URL du site : http://www.histoire-et-philatelie.fr




Retour au sommaire de "La France dans le contexte international 1943-1958 "





ACCÈS AUX PAGES DU CHAPITRE «LES DÉBUTS D'UNE COEXISTENCE (PLUS) PACIFIQUE »

 Pages  1
2
3

Le tournant de 1956


4
5




  L'année 1956 marque un tournant dans le Bloc soviétique.
  Le "rapport secret" de Kroutchtchev lors du 20ème Congrès du Parti Communiste de l'Union Soviétique, admet la possibilité d'une coexistence pacifique entre systèmes politiques différents et la possibilité que chaque pays puisse avoir sa propre voie vers le socialisme.

  Les révoltes de Pologne et de Hongrie montrent rapidement les limites de cette évolution.

  La non-intervention des Occidentaux dans les soubressauts de l'Est et la non-intervention de l'URSS dans la Crise de Suez montrent que les grandes puissances ne cherchent pas l'affrontement.



JANVIER 1956 :
La R.D.A. entre dans le Pacte de Varsovie.




XXÈME CONGRÈS DU PARTI COMMUNISTE
DE L'UNION SOVIÉTIQUE

DÉBUT DE LA « DÉSTALINISATION »


20ème Congrès du PCUS

XXème congrès du PCUS février 1956
La tribune du Congrès pendant le discours fleuve de Nikita Khrouchtchev

25FÉVRIER 1956 :
Rapport Khrouchtchev au XXème Congrès du P.C.U.S. sur les crimes de Staline.

« Dans la nuit du 24 au 25 février 1956, à Moscou, les délégués du XXème Congrès du Parti Communiste d'URSS s'apprêtent à quitter la salle après dix jours de débats sans anicroche ni surprise. Les journalistes et les délégués étrangers sont déjà sortis...
Nikita Khrouchtchev, Premier secrétaire du parti, demande alors aux délégués de se rasseoir et pendant quatre heures, il va leur lire un rapport secret dont il leur sera expressément demandé de ne divulguer aucun extrait écrit à l'extérieur.
Devant les délégués abasourdis, le secrétaire général accuse son prédécesseur Staline de crimes ignobles, hélas bien réels. Notamment de la mise en accusation et de l'exécution de nombreux dirigeants communistes lors des grands procès de Moscou, vingt ans plus tôt (parmi lesquels Trotski). Il condamne également le culte de la personnalité qui a entouré le « petit père des peuples » et met en cause ses qualités de stratège pendant la Seconde Guerre mondiale.
Mais il reconnaît à Staline un « rôle positif » dans la collectivisation des terres et l'industrialisation, même si ces opérations se sont soldées par la déportation et le massacre de plusieurs millions de Soviétiques dans les années 1931-1936 ! »
Source :
https://www.herodote.net/24_fevrier_1956-evenement-19560224.php


    Au cours de ce discours il développe également les concepts de « coexistence pacifique des systèmes sociaux différents » et de « voies nationales vers le socialisme ».   

24 - 30 MARS 1956 :
En Allemagne de l'Est, la troisième conférence du SED traite de la critique de Khrouchtchev sur la domination de Staline.
Les délégués sont informés à huis clos du discours de Khrouchtchev devant son parti ; les réunions ultérieures des fonctionnaires allemands de la RDA tenues dans les districts ne sont pas publiques.
Dans tous les partis communistes des séances similaires à huis clos seront organisées pour analyser le discours de Khrouchtchev et déterminer comment on pourra l'expliquer aux groupies du "petit père des peuples" !




Drapeau de la Pologne

Bierut


12 MARS 1956 :
Décès à Moscou de Boleslaw Bierut, premier secrétaire du Parti Ouvrier Unifié de Pologne. Il était tombé malade peu de temps après le discours de Khrouchtchev sur les crimes de Staline.

Edward Ochab
Edward Ochad le remplace à l'unanimité du Politburo. Cette nomination est précédée de la diffusion très large et de la discussion du rapport de Khrouchtchev dans les instances du Parti.

Edward Ochab avait été nommé au Politburo par le deuxième congrès du P.O.U.P. en mars 1954 et était considéré comme le successeur désigné de Boleslaw Bierut au poste de Premier Secrétaire du Parti lorsque celui-ci passerait la main.
Bien que peu diplomate, il saura placer l'intérêt de son pays avant son intérêt personnel notamment vis-à-vis de l'Union Soviétique.
En octobre 1956, il s'effacera et laissera la place à Gomulka jugé plus à même de défendre les intérêts polonais vis-à-vis du "Grand Frère".



18 AVRIL 1956 :
A la suite de la Conférence de Genève sur l'utilisation pacifique de l'énergie atomique, une Conférence groupant douze nations approuve le projet de création de l'Agence Internationale de l'Énergie Atomique (AIEA).
Il sera ratifié le 23 octobre 1956 et l'Agence entrera en fonction le 29 juillet 1957.

Voir l'encart

"L'Agence Internationale de l'Énergie Atomique"






Drapeau OTAN

4 - 5 MAI 1956 :
20ème session ministérielle du Conseil de l'Atlantique Nord.
Un bureau temporaire a utilisé un cachet petit format "BUREAU TEMPORAIRE N°3 / PARIS" (d'Urso LA.16).

Conférence ministérielle de l'OTAN 5 mai 1956




Drapeau Sarre

5 JUIN 1956 :
Après l'échec du référendum en octobre 1955, Guy Mollet et Adenauer concluent à Luxembourg un accord facilitant le retour de la Sarre à l'Allemagne Fédérale.





Drapeau de la Pologne

RÉVOLTE OUVRIÈRE ET RÉPRESSION
EN POLOGNE

Monument en mémoire des victimes de Poznan
Emeutes de Poznan



28 JUIN 1956 :
Émeutes sanglantes à Poznan (Pologne) pour protester contre la politique salariale du gouvernement.
Cinquante mille personnes descendent dans la rue, libèrent les prisonniers, et s'attaquent à la radio et au commissariat de police.
La répression dirigée par le Président du Conseil des Ministres Józef Cyrankiewicz est réalisée par des unités dirigées par des militaires soviétiques "prêtés" par l'URSS, fait 53 (80 ?) morts.
Plusieurs timbres, bloc-feuillet, oblitérations et vignettes seront émis pour commémorer ces émeutes (Y&T Pologne No 3077). Ils représentent notamment le monument commémoratif inauguré en 1981.

Poznan 1956

Poznan 1956-1985

Poznan BF émeutes de 1956

Inauguration du monument  commémoratif de la révolte de Poznan
Inauguration du monument commémoratif de la révolte de Poznan 28/6/81

Inauguration du Monument de Poznan
Inauguration du monument commémoratif de la révolte de Poznan mettant en valeur le rôle des syndicats 28/6/81

attention La fédération de syndicats ouvriers "Solidarność" a émis un grand nombre de vignettes rappelant le rôle important des syndicats dans les événements de Poznan en juin 1956. La plupart de ces vignettes ne sont pas postales.

Bloc Solidarnosc 20ème anniversaire de Poznan
Bloc non postal de Solidarność pour le 20ème anniversaire de la révolte ouvrière de Poznan.



Drapeau Hongrois 1949-1956


Imre Nagy
3 JUILLET 1956 :
Imre Nagy est exclu du Parti Communiste hongrois.

Après la mort de Staline, il avait remplacé le 13 juin 1953, sur décision du Kremlin, Mátyás Rákosi au poste de premier ministre, ce dernier restant Premier Secrétaire du Parti.
Imre Nagy mit alors en route une politique de réforme radicale et devint pour beaucoup de Hongrois celui qui portait l'espoir d'un avenir meilleur.
Il préconisa l'idée d'une « Nouvelle voie », rappelant quelque peu la NEP de Lénine et précurseur du « Socialisme à visage humain » d'Alexander Dubček en Tchécoslovaquie en 1968.
Cette politique déplut aux caciques du Parti des Travailleurs Hongrois, dont son prédécesseur Rákosi demeuré "Premier Secrétaire".
La tendance stalinienne s'opposa radicalement aux réformes de Nagy, qui n'avait pas pris la peine de mettre en place son propre réseau de pouvoir, et apparaissait comme un homme seul, s'appuyant surtout sur sa popularité personnelle.
Ayant perdu le soutien du Politburo de Moscou, Imre Nagy fut relevé de ses fonctions le 14 avril 1955 par la direction du parti communiste hongrois et, un an plus tard, fut exclu du parti. La plupart de ses réformes furent annulées dans la phase de restauration qui s'ensuivit.

Source :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Imre_Nagy


CP Imre Nagy
Entier postal à l'effigie de Imre Nagy émis le 16 juin 1989 avec un extrait d'une préface d'Albert Camus




Drapeau RFA


7 JUILLET 1956 :
Le Bundestag adopte définitivement le projet de loi sur le service militaire.



Drapeau Hongrois 1949-1956


18 JUILLET 1956 :
Sur ordre de l'Union Soviétique, à la suite du discours de Khrouchtchev sur le culte de la personnalité dans les états communistes, Mátyás Rákosi , premier secrétaire du Parti des Travailleurs Hongrois, est destitué et est remplacé par son numéro deux, Ernö Gerö. János Kádár, est nommé secrétaire adjoint du parti.

23 JUILLET 1956 :
Le ministre hongrois de la défense est destitué et expulsé du parti des travailleurs.



Drapeau de la Pologne

21 JUILLET 1956 :
Arrivée à Varsovie des maréchaux soviétiques Boulganine et Joukov, pendant les délibération du plénum du Comité Central du P.O.U.P..
Ils s'inquiètent des conséquences des événements de Poznan et tentent d'influencer les décisions du Comité Central.





NATIONALISATION PAR L'ÉGYPTE DE LA COMPAGNIE DU CANAL DE SUEZ

26 JUILLET 1956 :
En raison notamment du refus de la Grande-Bretagne, des États-Unis et de la Banque mondiale de financer le barrage d'Assouan sans véritable garantie de la part de l'Egypte, le colonel égyptien Gamal Abdel Nasser annonce la nationalisation de la Compagnie du Canal de Suez, à capitaux essentiellement français et britanniques.
La Grande-Bretagne, la France et Israël conviennent de contre-mesures conjointes.
La crise de Suez avait été précédée d'un long processus de changement politique en Égypte: en juillet 1952, un coup d'État par l'armée avait forcé l'abdication du roi Farouk; un an après, sous le général Neguib, le pays abolissait la monarchie et proclamait la république.
A la suite d'une nouvelle Constitution du 16 janvier 1956, l'Egypte devient une république présidentielle et Gamal Abdel Nasser est élu premier président le 23 juin.
La nationalisation de la Société du Canal de Suez déclenche une crise internationale, les intérêts britanniques et français en particulier étant gravement touchés.
Israël, en accord notamment avec la France, utilise la situation pour avancer dans la péninsule du Sinaï le 29 octobre; le 31 octobre, commence alors une offensive aérienne anglo-française contre l'Égypte.

L'URSS n'intervient pas et profite de la situation pour réprimer par le sang l'insurrection de Budapest.

Voir l'ensemble des chapitres consacrés à la Crise de Suez





Drapeau de la Pologne

Wladislaw Gomulka
4 AOÛT 1956 :
Wladislaw Gomulka est réintégré au sein du P.O.U.P. (parti ouvrier unifié de Pologne - communiste). Son nom avait été mis en avant par les révoltés de Poznan qui voulaient un changement de direction dans le parti.

En 1947, il avait été élu secrétaire général du Parti ouvrier unifié polonais (P.O.U.P.) par le Comité Central. Écarté pour « déviationnisme et nationalisme », il avait été démis de toutes ses fonctions, exclu du P.O.U.P. en 1948, et arrêté en 1951.
Il est libéré en avril 1954 et accueilli alors comme un « héros national ».
Il est ensuite réhabilité à la suite de la proclamation de la « coexistence pacifique » et des « voies nationales vers le socialisme » par Khrouchtchev lors du XXème congrès du Parti Communiste de l'Union Soviétique.

Un timbre de Pologne consacré aux territoires cédés par l'Allemagne en 1945 porte l'effigie de Gomulka, résistant de la seconde guerre mondiale (Y&T Pologne Nos2783).

27 SEPTEMBRE 1956 :
En Pologne, procès "loyal" des émeutiers de Poznan.




27 SEPTEMBRE 1956 :
Le Premier Secrétaire du Parti des Travailleurs Hongrois est "convoqué" en Crimée à une réunion avec Tito, Khrouchtchev et Boulganine à la suite des événements de juillet en Hongrie.






L'« OCTOBRE » POLONAIS

21 - 23 OCTOBRE 1956 :
Le comité central, sans consulter les Soviétiques, nomme Wladislaw Gomułka au poste de Premier Secrétaire le 21 octobre et le 24, ce dernier fait un discours à Varsovie devant une foule immense où il fait la critique du stalinisme et promets des réformes démocratiques. La déstalinisation touche d'abord les élites, des prisonniers accusés de « déviation droitiste et nationaliste » sont libérés et un certain nombre de fonctionnaires du ministère de la Sécurité publique sont arrêtés, puis ce sera la gestion des entreprises....
Des manifestations en faveur de Gomulka se développent, ce qui déplaît aux Soviétiques et Khrouchtchev, Mikoyan, Molotov arrivent à l'improviste à Varsovie, tandis que des troupes soviétiques se dirigent sur la ville.
Edward Ochab, premier secrétaire du Parti depuis la mort de Boleslaw Bierut, refusant de conduire la répression, s'efface devant Gomulka, qui, en raison de son passé anti-stalinien peut rallier au régime la masse de la population.
Les ouvriers polonais et les militaires, appuyés par la majorité du Comité Central, font clairement savoir leur choix, qui finalement est accepté par les Soviétiques à la condition que Gomulka donne l'assurance que son gouvernement ne sera ni anticommuniste ni anti-soviétique.
Ces transformations politiques ont ouvert une courte période de dégel en Pologne assez rapidement reprise en main par les communistes avec des méthodes plus traditionnelles.
On notera que, en Pologne, c'est le parti communiste, certes remanié, qui a conduit les réformes à tous les échelons de l'état et des entreprises.
La révolte hongroise qui va suivre commencera en fait par une manifestation de soutien au peuple polonais qui vient, apparemment, de s'affranchir du Grand Frère Soviétique.

26 OCTOBRE 956 :
Le cardinal Wyszynski, primat de Pologne, interné depuis 1953, est libéré.

Source :
https://npa2009.org/idees/histoire/pologne-1956-1957-la-revolution-interrompue




Drapeau Sarre
27 OCTOBRE 1956 :
Signature à Luxembourg des accords franco-allemands prévoyant l'union politique de la Sarre à la RFA le 1er janvier 1957 puis son union économique dans un délai de trois ans.
La Moselle sera canalisée pour assurer à la sidérurgie lorraine un meilleur débouché maritime de Thionville à Koblenz, et la France recevra d'importantes livraisons de charbon.
La France dispose d'un délai de 25 ans pour se retirer des Mines de la Sarre et les aciéries de Völklingen sont rendues à leur ancien propriétaire allemand en échange de trois milliards de francs.






Insurrection de Budapest





L'INSURRECTION DE BUDAPEST


Drapeaux successifs de la Hongrie
Drapeau Hongrois 1946-1949 Drapeau Hongrois 1949-1956 Drapeau Hongrois 1956 Drapeau hongrois depuis 1957
République
1946-1949
République «Populaire» 1949-1956 Pendant l'insurrection de 1956 depuis 1957




Numéro de Historia sur la crise de Budapest
FÉVRIER 1956 :
"Discours secret" de Nikita Khrouchtchev, secrétaire général du Parti communiste de l'Union Soviétique mettant en cause le stalinisme et ses dérives.
Un vent de réforme se répand ... un peu trop vite ... et un peu trop fort .... sur les pays satellites de l'URSS.

22 OCTOBRE 1956 :
Insurrection des étudiants de la Ville de Sopron en Hongrie. Il manifestent notamment en soutien des manifestations de Poznan en Pologne en vue d'obtenir des réformes similaires en Hongrie.
La ville de Sopron fait surcharger en noir ou en rouge "Pour la Patrie sans Rémission" par une imprimerie locale vingt-cinq timbres "Hazàdnak / rendületlenül..! / Sopron / 1956 okt. 22." ( Y&T Hongrie N° 1211a/z).

Surcharges locales de Sopron
Surcharges locales de Sopron

23 OCTOBRE 1956 :
Insurrection de Budapest.
Ernö Gerö, Premier Secrétaire du Parti des Travailleurs Hongrois, fait appel le 24 aux troupes soviétiques et appelle Imre Nagy, ancien premier ministre exclu du parti en 1955, trop réformiste à l'époque, à redevenir Président du Conseil des Ministres.

Janos Kadar



25 OCTOBRE 1956 :
János Kádár, remplace Ernö Gerö, sous la pression de Mikoyan, ministre des Affaires étrangères d'URSS et et Souslov, idéologue du parti communiste de l'Union Soviétique, arrivés à Budapest.

27 OCTOBRE 1956 :
En Hongrie, occupée par les Soviétiques, Imre Nagy forme un gouvernement de Front National, pluripartite. Il prône une démocratie parlementaire.

   1ER NOVEMBRE 1956 :   
   Des renforts soviétiques arrivent en Hongrie. Imre Nagy proclame devant János Kádár, et l'ambassadeur soviétique, l'abandon par la Hongrie du Pacte de Varsovie et la neutralité de son pays (comme l'avait fait l'Autriche l'année précédente) et demande à l'ONU de la garantir.   

4 NOVEMBRE 1956 :
Écrasement de l'insurrection hongroise par l'URSS.
cardinal Mindszenty
cardinal Mindszenty
Imre Nagy se réfugie à l'Ambassade de Yougoslavie, et le Cardinal Midszenty à l'ambassade des USA.
Malgré un sauf-conduit, Imre Nagy sera kidnappé par le KGB et après un simulacre de procès pendant lequel il refusera de plaider coupable contre la vie sauve, il sera pendu en juin 1958. Il sera « réhabilité » en juillet 1989.
János Kádár, forme le nouveau gouvernement.

Un timbre de RDA a été surchargé "HELFT DEM / SOZIALISTISCHEN / UNGARN" (Aide à la Hongrie socialiste) en 1956 (Y&T Allemagne Orientale n°282). Ce timbre est rare sur lettre ayant voyagé.
L'opération franco-anglaise sur Suez à la même période permet à la propagande communiste d'associer les deux et de se placer en défenseur de la "cause des peuples".

Solidarité socialiste avec la Hongrie et l'Egypte

Timbres DDR contre la révolte de Budapest sur lettre
Lettre philatélique de DDR pour les USA affranchie avec un bloc de 4 du timbre d'aide à la Hongrie Socialiste (tarif LSE : 25pf + surtaxe aérienne 30pf/5g) oblitérée Borna 31/12/1956


Timbre d'Autriche surchargé Ungarnhilfe



Un timbre d'Autriche a été surchargé "1956 / 1.50 +50 / UNGARNHILFE" au profit des réfugiés hongrois (Y&T Autriche N°863). L'oblitération premier jour est ovale : "*UNGARNHILFE* / WIEN 101.21.12.1956 / (drapeau autrichien et hongrois sans le symbole communiste)".

Aide de l'Autriche à la Hongrie

Vignettes suisses pour les réfugiés hongrois



En Suisse, plusieurs griffes de propagande seront utilisées au profit de la Hongrie ainsi qu'une vignette "Le peuple suisse aide / (drapeau hongrois) / (drapeau suisse) / aux réfugiés de Hongrie" ou similaire en allemand. Ces vignettes sont autorisées au recto des enveloppes et parfois oblitérées.

Aide suisse aux réfugiés hongrois
vignette oblitérée 22/12/56

Vignette suisse aide aux réfugiés hongrois en allemand sur lettre
vignette non oblitérée 29/11/56

Griffe et timbre de bienfaisance suisse
vignette et griffe apposées lors de la présentation de montgolfières au profit de l'aide à la Hongrie 16/12/56

Au Danemark un timbre est surchargé "30 / + / 5 / Ungarns- / hjaelpen" (Y&T Danemark N° 374).

Timbre du Danemark surchargé pour aider la Hongrie


Timbre danois d'aide à la Hongries sur lettre
10/1/57

Le courrier à destination de la Hongrie pendant l'insurrection est retourné à l'envoyeur. En Allemagne, la griffe de retour porte la mention: "z. ZT. kein PostVerkehr mit Ungarn Zurück"

Lettre d'Allemagne pour la Hongrie retournée à l'envoyeur
Lettre d'Allemagne de l'Ouest pour la Hongrie avec griffe de retour à l'envoyeur 24/10/56

Pour l'enfance hongroise


En Espagne, une série au sujet unique est consacrée à l'enfance hongroise (Y&T Espagne N°891/896).



Deux timbres à la mémoire d'Imre Nagy ont été émis par la Grèce en 1959 (Y&T Grèce N°700/701).

Imre nagy


Les lettres pour la Hongrie affranchies avec l'un de ces timbres ont été refoulées avec vignette faisant référence aux règles de l'UPU.

papillon de retour de lettres portant le timbre Nagy

Lettre portant un timbre I. Nagy retournée à l'envoyeur

7 NOVEMBRE 1956 :
Violentes manifestations à Paris contre le Parti Communiste avec lequel rompent Jean-Paul Sartre et de nombreux intellectuels communistes.
Sartre démissionne avec fracas du Mouvement de la Paix et dénonce "la faillite complète du socialisme en tant que marchandise importée de l'URSS".
   Le P.C.F. considère la répression à Budapest comme un acte positif, une victoire sur le fascisme menaçant.   

Dans les mois qui suivront deux cent mille personnes furent arrêtées en Hongrie et une centaine exécutées.

55ème anniversaire de l'Insurrection

Après la "perestroika" et la chute du mur de Berlin en 1989 suivies de l'établissement d'une certaine démocratie dans les anciens pays satellites de l'URSS, des timbres rappelant les insurrections anticommunistes seront émis.
Un timbre de Hongrie sera émis en 1991 pour le 35ème anniversaire (Y&T Hongrie No 3348) et deux blocs-feuillets seront émis en 2016 pour le soixantième anniversaire.

En 1996, quatre timbres et un bloc ont commémoré le quarantième anniversaire (Y&T Hongrie Nos 3572/75 et BF 237) .

Manisfestants à Budapest Voiture de combattants et drapeau troué Budapest 1956
combattants à Budapest Imre nagy discours


Bloc-Feuillet 40ème anniversaire de Budapest

D'autres commémorations ont également donné lieu à l'émission d'entiers postaux et de blocs-feuillet.

entier commémoratif insurrection de Budapest
Entier format carte postale commémoratif émis en 1981 pour le 25ème anniversaire

CP Imre Nagy
Entier postal à l'effigie de Imre Nagy émis le 16 juin 1989 avec un extrait d'une préface d'Albert Camus


Insurrection de Budapest Drapeau avec centre communiste manquant

60ème anniversaire de l'insurrection

Héros de la révolution hongroise de 1956
Bloc-feuillet de Hongrie émis en 2018 consacré aux héros de l'insurrection hongroise de 1956.

Contre de nouvelles émeutes, les chars soviétiques seront de nouveau utilisés en janvier 1957. Le 27 mai 1957, sera signé un accord sur le stationnement «temporaire » des troupes soviétiques en Hongrie.



Drapeau de la Pologne


13 NOVEMBRE 1956 :
La Diète polonaise entérine la décision que les généraux soviétiques qui avaient été "prêtés" par l'URSS pour diriger l'armée polonaise rentreront en Union Soviétique et notamment le maréchal soviétique Rokossowski, ministre de la Défense en Pologne.

14 - 18 NOVEMBRE 1956 :
Comme convenu à Varsovie le 19 octobre avec Nikita Khrouchtchev, une délégation polonaise se rend à Moscou du 14 au 18 novembre.

Dans la déclaration commune, l'URSS prend l'engagement de négocier tous les accords financiers et commerciaux sur une base “d'égalité des droits”. Une dette de deux milliards de roubles est effacée en compensation du prix dérisoire des exportations de charbon polonais qui avait été imposé par l'URSS de 1947 à 1953.
Les troupes soviétiques continuent de stationner en Pologne mais leur coût sera désormais supporté par l'URSS.
Les derniers Polonais prisonniers en URSS (environ 100 000) seront tous rapatriés avant la fin 1957.

Source :
https://polonia.histegeo.org/dossiers%20pedagogiques/dossier%201956%20chronologie.pdf


19 NOVEMBRE 1956 :
«À son retour de Moscou, le 19 novembre. M. Gomulka a reçu un accueil presque triomphal à Varsovie.
Il avait conclu un nouveau pacte avec l'U.R.S.S. Le Kremlin lui avait donné l'assurance qu'il pourrait continuer sa politique de libéralisation et de démocratisation dans le cadre du communisme national polonais.
Le nouveau chef du parti ouvrier unifié de la Pologne se voyait ainsi récompensé de la tactique prudente et habile qu'il avait adoptée depuis sa réhabilitation, exactement un mois plus tôt. Il avait évité à son pays le terrible sort de la Hongrie.
Wladyslaw Gomulka revient de loin. Il doit souvent s'étonner d'être encore de ce monde. C'est par miracle en effet qu'il n'a pas rejoint dans la tombe ses camarades bulgare et hongrois, Kostov et Rajk, « réhabilités à titre posthume... » Il est, lui, un réhabilité vivant — espèce rare — un rescapé du stalinisme. »


Source : Le Monde Diplomatique décembre 1956.




ACCÈS AUX PAGES DU CHAPITRE «LES DÉBUTS D'UNE COEXISTENCE (PLUS) PACIFIQUE »

 Pages  1
2
3

Le tournant de 1956


4
5


▲ ▲ Retour en tête de page  



Retour au sommaire de "La France dans le contexte international 1943-1958 "





© COPYRIGHT Jean Goanvic                Première mise en ligne du site : 24 janvier 2014

Le but de ce site étant de partager gratuitement les connaissances, toute reproduction partielle ou totale de ce site à des fins commerciales est interdite. Toute reproduction (très) partielle, à des fins d'information non commerciale, est autorisée à la condition expresse de mentionner la référence de ce site et d'en informer le webmaster.
Les droits liés aux textes cités, à la numérotation indiquée dans les références et aux documents reproduits restent la propriété de leurs auteurs et propriétaires.

The purpose of this website being to share freely information, reproducing part or the whole of the content of this website for business purposes is prohibited. Any (very) partial reproduction for non-commercial information purpose is allowed provided that the webmaster is informed and the URL of this site is quoted.
The rights related to the quotations, to the numbering systems referred to and to the scanned documents remain the property of their authors and owners.