LA PHILATÉLIE, TÉMOIN DE L'HISTOIRE
Documentation philatélique replacée dans son contexte historique

URL du site : http://www.histoire-et-philatelie.fr


La Politique Française envers les Pays Vaincus  


Retour à la chronologie : Gouvernements provisoires : 20 novembre 1945





19 OCTOBRE 1943 :
La Conférence des Ministres des Affaires Étrangères de Moscou (Eden, Hull et Molotov) décide de laisser juger les criminels de guerre allemands par les pays où ils ont sévi à l'exception des plus importants d'entre-eux qui seront traduits devant un Tribunal International.
Churchill et son gouvernement ne voulant pas se retrouver seuls en Europe devant Staline, réussirent à convaincre les autres participants d'accorder une place à la France.

Décision relative aux Crimes de guerre
Légende "WORLD DEMANDS JUSTICE FOR WAR CRIMINALS" (le monde exige que les Criminels de Guerre soient déferrés devant la Justice)

28 NOVEMBRE 1943 :
La Conférence de Téhéran décide que "les criminels de guerre dont les crimes ne sauraient être situés géographiquement seront punis selon une décision commune des Alliés".
Un timbre des îles Marshall rappelle l'exigence des peuples du châtiment des criminels de guerre (Y&T Marshall Nos 1039).
Plusieurs timbres rappellent la tenue de la conférence de Téhéran. On peut citer :


DÉBUT 1945 :
A la fin de la guerre, les américains découvrent avec horreur d'immenses charniers dans les camps qu'ils libèrent. Le traumatisme provoqué par ces horreurs va conduire les pays vainqueurs à définir de nouvelles notions de droit international, celles de "crime de guerre" et de "crimes contre l'humanité". C'est en vertu de ce chef d'accusation que les responsables du régime nazi sont jugés à Nuremberg.



RECHERCHE DES CRIMINELS DE GUERRE

31 MAI 1945 :
Première réunion à Londres de la «Commission Interalliée des Crimes de Guerre».

On connaît des lettres à en-tête imprimée "SERVICE DE RECHERCHE DES CRIMES DE GUERRE ENNEMIS".

Recherche des Crimes de Guerre à Marseille
Lettre affranchie à 3F à en-tête imprimée "MINISTERE DE LA JUSTICE / SERVICE REGIONAL / DE RECHERCHE DES CRIMES DE GUERRE ENNEMIS / XVe REGION / 20, RUE MONTGRAND, 20 / MARSEILLE", 1/4/46

Lettre du Service de recherche des crimes de guerre d'Angers
Lettre à en-tête "IVe REGION / SERVICE DE RECHERCHE DES CRIMES DE GUERRE ENNEMIS" en franchise du Palais de Justice d'Angers pour l'Allemagne, avec cachet administratif déesse assise " 4e REGION / SERVICE DE RECHERCHE DES CRIMES DE GUERRE ENNEMIS" et oblitération ANGERS 15/10/45

Le courrier des prisonniers de guerre allemands est censuré par une commission spéciale chargée de détecter les criminels de guerre.

War Crimes censor
Lettre d'un prisonnier de guerre, "Paul Achilles" avec écriture non-gothique (malgré-nous ?) datée 9-9-46 avec censure américaine "WAR CRIMES - / CENSOR-12"




8 AOÛT 1945 :
Le statut du Tribunal Militaire International est établi par un accord signé à Londres par les Alliés.
La « Charte de Londres » définit pour la première fois la notion de « crimes contre l'humanité » et définit plus précisément la notion de "crimes de guerre" qui existait déjà en droit..

22 AOÛT 1945 :
Concession de la franchise militaire aux services de recherche des criminels de guerre ennemis.

Franchise des organismes recherchant les criminels de guerre
Extrait du B.O. des PTT No 24 du 31/8/45



LA MISSION TÉLÉGRAPHIQUE FRANÇAISE
AU
PROCÈS DE NUREMBERG

25 OCTOBRE 1945 :
Ouverture de la mission française P.T.T. au procès de Nuremberg.
Le courrier postal de la mission était acheminé par les soins du Ministère de la Justice, avec dépôt en France, au bureau de poste Paris 81 (près de la Place Vendôme). Un cachet type déesse assise "TRIBUNAL MILITAIRE INTERNATIONAL des GRANDS CRIMINELS de GUERRE" est apposé sur le courrier pour justifier la franchise.

Cachet déesse assise et dépot bureau Paris 81
21/1/46

Lettre privée passée par Paris 81
recto
Lettre privée d'une employée des Postes à Nuremberg, avec adresse "O.C.C. Ministre P. français par : 20 Place Vendôme Paris", oblitérée PARIS 81 25/9/46

La mission a aussi utilisé des enveloppes à en-tête imprimée "TRIBUNAL MILITAIRE INTERNATIONAL / des Grands Criminels de Guerre / 20, Place Vendôme".

Lettre à en-tête du Ministère
24/1/46

La section télégraphique, constituée d'agents des P.T.T., formait l'élément de transmission de la mission française auprès du tribunal. Elle a été dotée, dès début octobre 1945, de deux timbres à date destinés à authentifier les documents de service:
  • Secrétariat : timbre-à-date "PROCES DE NUREMBERG / BUREAU FRANCAIS",

  • Nuremberg Bureau Français
    30/4/46

  • Service d'exécution : un timbre-à-date "NUREMBERG / BUREAU TEMPORAIRE FRANCAIS" avec une griffe linéaire : "NUREMBERG / BUREAU TEMPORAIRE FRANCAIS" .

  • Griffe de service Bureau temporaire
    carte postale affranchie à 1F50, oblitérée "NUREMBERG / BUREAU TEMPORAIRE FRANCAIS" et avec la griffe linéaire de service "NUREMBERG / BUREAU TEMPORAIRE FRANCAIS" 20/11/45
  Il n'existait aucun équivalent postal.  
« Les oblitérations de timbres-poste n'ont été faites qu'occasionnellement, sans acheminement de courrier » d'après M. Herrbach, chef de la mission P.T.T.. Les empreintes de ces cachets sont néanmoins très rares.




Verdict du Tribunal
Les accusés lors de la lecture du verdict
20 NOVEMBRE 1945 :
Ouverture du Procès de Nuremberg.
Une vingtaine de dirigeants nazis sont jugés : Goering, Hess, Frank, Rosenberg, Seyss-Inquart et Kaltenbrünner du parti nazi, Keitel, Jodel, Dönitz et Raeder pour l'Armée, von Papen, von Ribbentrop et von Neurath pour la diplomatie, Schacht et Speer comme membres du gouvernement.
Il y a quatre chefs principaux d'accusation :
L'accusation française est dirigée par François de Menthon qu'assistent Edgar Faure et Charles Dubost. Il sera remplacé plus tard par Auguste Champetiers de Ribes.
Les juges français sont : Donnedieu de Vabres et M. Falcoz.

19 JANVIER 1946 :
Arrêté créant un Service des Crimes de Guerre en Indochine.
Il devra le cas échéant fournir des éléments au Tribunal militaire international pour l'Extrême-Orient — TMIEO (similaire à celui de Nuremberg mais pour les Japonais), créé le même jour par les Alliés.

Crimes de Guerre 1
Crimes de Guerre 2
Crimes de Guerre 3

Service Crimes de Guerre de Saigon
verso
Lettre d'un Commandant au Service des Crimes de Guerre de Sài-Gòn 23/2/46


Tribunal de Tokyo

29 AVRIL 1946 :
Début à Tokyo du procès de 28 Japonais accusés de crimes de guerre et de crimes contre l'Humanité. Les faits sur lesquels reposent l'accusation remontent à 1928 (conflit frontalier avec l'U.R.S.S. et utilisation de gaz chimiques contre la Chine).
La Cour se compose de onze Juges Militaires d'Australie, du Canada, de Chine, de France, du Royaume-Uni, d'Inde, des Pays-Bas, des Philippines, de Nouvelle-Zélande, d'Union Soviétique et des Etats-Unis.
Parmi les accusés, se trouvent l'ancien Président du Conseil japonais, Hideki Tojo, l'ancien Ministre des Affaires Étrangères Shigenori Togo et l'Ambassadeur du Japon en poste à Berlin pendant la guerre, le lieutenant-général Hiroshi Oshima.

JUIN 1946 :
Il a été signalé un pli originaire d'un lieutenant français, avec oblitération britannique "F.P.O. No 135" et avec comme adresse "Commission des Crimes de Guerre Bangkok Siam".



VERDICTS À NUREMBERG

1ER OCTOBRE 1946 :
Clôture et verdicts du Procès de Nuremberg.
Douze condamnations à mort sont prononcées dont celle de Goering qui se suicide pour échapper à la pendaison, six peines de prison et trois acquittements. Le châtiment des autres responsables est laissé à la justice des pays où ils ont commis leur méfaits.
La prison interalliée de Spandau a utilisé :
  • un cachet "ALLIED PRISON / SPANDAU // OFFICIEL (tours)" (probablement comme cachet de censure), (vu 30/9/54 et 23/2/59).

  • Lettre pour Albert Speer à la prison de Spandau
    Lettre de son épouse pour Albert Speer à la prison de Spandau avec cachet de censure "ALLIED PRISON / SPANDAU // OFFICIEL (tours)" 23/2/58

  • des enveloppes avec mention imprimée "SPANDAU ALLIED PRISON / (1) BERLIN-SPANDAU / Wilhem Strasse 23".

  • Lettre de la prison de Spandau pour Mme Rudolf Hess
    Lettre avec texte imprimé de la prison alliée de Spandau pour madame Hess 20/9/54

12 OCTOBRE 1946 :
Les condamnés à mort du procès de Nuremberg sont pendus.

7 NOVEMBRE 1946 :
Fin de la mission P.T.T. française au procès de Nuremberg.





LE JUGEMENT
DES AUTRES CRIMES DE GUERRE
EN ZONE FRANÇAISE

1ER FÉVRIER 1947 :
A Rastatt, un Tribunal Militaire Français condamne 21 des 41 SS de l'équipe de surveillance du camp de concentration de Natzweiler-Struthof à la peine de mort. Les vingt autres accusés sont condamnés à des peines de réclusion.
Le même tribunal a prononcé son jugement contre les SS du camp de Ravensbrück. Six hommes, dont trois médecins, et cinq femmes de l'équipe du camp sont condamnés à mort, quatre autres inculpés sont condamnés à des peines de prison. Le tribunal estime le nombre des femmes tuées à Ravensbrück à 80 000.
Le Tribunal Français à Rastatt utilisera divers cachets officiels et de la papeterie à entête :
    Tribunal de Rastatt
    Lettre de service pour Bruxelles à entête imprimée "TRIBUNAL DE 1re INSTANCE / pour le Jugement des Crimes de Guerre / RASTATTT / le Président", et un cachet déesse assise "TRIBUNAL DE 1ère INSTANCE POUR LA JUGEMENT DES CRIMES DE GUERRE / Le Commissaire du Gouvernement", affranchie au tarif étranger français à 25F et oblitérée "POSTE AUX ARMEES *" 17/6/49

    Tribunal Français de Rastatt
    Lettre avec cachet encadré bleu 61x16mm "TRIBUNAL DE 1ère INSTANCE de la / Haute Commission Alliée / à RASTATT" et cachet déesse assise violet "TRIBUNAL FRANCAIS à RASTATT / -Le Commissaire du Gouvernement-" oblitérée de la poste aux armées française 12/3/54

    Il y aura des Tribunaux français tant militaires que civils au niveau de la zone d'occupation chargés du jugement des criminels de guerre ayant commis leurs crimes dans la zone occupée par la France.

    Tribunal du QG CEFA
    Carte postale en franchise militaire d'Offenbourg pour la Meuse, du 14/12/45 avec griffe "Tribunal Militaire du Q.G. du C.E.F.A."

    Tribunal Général ZOF
    Lettre à entête "TRIBUNAL GENERAL" du gouvernement militaire de la Z.O.F. du BPM 507 affranchie à 6F et oblitérée Poste aux Armées 18/3/48

    Tribunal français en allemagne
    Lettre à entête "TRIBUNAL FRANCAIS / en Allemagne" affranchie à 6F et oblitérée Poste aux Armées 20/5/48

    Dans chaque land de la Zone d'Occupation Française, il y aura des tribunaux destinés au jugement des crimes de guerre à différents niveaux.

    Tribunal du pays de bade
    Lettre à entête du "Tribunal Intermédiaire" du gouvernement militaire français du Pays de Bade avec cachet administratif "TRIBUNAUX DE G.M. DE BADE / - FRIBOURG - // LE COMMISSAIRE / DU / GOUVERNEMENT" oblitérée Poste aux Armées 10/3/47

    Tribunal Rhenanie hesse nassau
    Lettre en franchise du "Tribunal Sommaire" du Gouvernement militaire français de la Rhénanie Hesse-Nassau, oblitérée Poste aux Armées 26/1/47



6 FÉVRIER 1948 :
Le général Otto Von Stüpnagel ancien Commandant Militaire en Chef allemand en France se suicide dans sa prison du Cherche-Midi à Paris.
Après la Libération de Paris, la Prison Militaire du Cherche-Midi au No 38, abrita des prisonniers de guerre allemands. Otto Abetz y sera interné. Le général Otto von Stülpnagel et le SS Kurt Gerstein y seront ainsi détenus et s'y suicideront.

Le courrier connu des détenus à la prison du Cherche-midi porte un cachet "FRANCHISE MILITAIRE // Le / Vaguemestre" sur le courrier destiné à leurs avocats (posté à la poste civile Rue Dupin).

Prison militaire du Cherche Midi
Prison militaire du Cherche-Midi
Lettre à son avocat d'un militaire allemand détenu à la prison militaire du Cherche-Midi à Paris envoyée en franchise militaire et postée au bureau de poste de la rue Dupin à côté de la prison 1/6/45

Prison du Cherche-Midi
Lettre d'un détenu à la Prison du Cherche Midi pour son avocat avec cachet "FRANCHISE MILITAIRE // Le Vaguemestre" oblitéré de la poste civile à côté de la prison 8/10/45



VERDICTS A TOKYO

12 NOVEMBRE 1948 :
La Cour Internationale de Justice Militaire de Tokyo reconnaît tous les gouvernements japonais depuis 1928 coupables d'avoir fomenté la guerre, les responsables militaires portent, quant à eux, la responsabilité effective de la guerre.
H. Reimburger (remplacé ensuite par H. Bernard) est le juge français et Robert Oneto le procureur-adjoint français.
L'ancien général et Président du Conseil Hideki Tojo et six autres accusés sont condamnés à mort. L'ancien Ambassadeur japonais à Berlin, Hiroshi Oshima est condamné avec quinze autres accusés à la réclusion à perpétuité.

Le général Hideki Tojo et l'amiral Shigetaro Shimada figurent sur un bloc-feuillet du Togo émis en 1995 (Y&T Togo BF No 290)..

Bloc Tojo
Le général Tojo, ex-premier ministre (en haut au centre) fut condamné à mort et exécuté. L'amiral Shigetaro Shimada, ex- ministre de la Marine (en bas à gauche) fut condamné à perpétuité.
On peut s'interroger sur les motifs qui ont conduit le Togo à célébrer ces personnages.

23 DÉCEMBRE 1948 :
Exécution des condamnés à mort du procès de Tokyo.



OCTOBRE 1951 :
Le Major Walter Reder est condamné à la prison à vie dans la prison de Gaeta près de Naples.pour les massacres perpétrés en Italie du Nord, à la tête de la 16.SS-Panzergrenadier-Division Reichsführer-SS.notamment au village de Marzabotto. Ce dernier étant considéré comme le pire commis en Italie.

Lettre du Major Reder
Lettre à entête imprimée "major REDER Walter / Reclusorio Militare / I-04024 GAETA (Latina)" du major pour l'Allemagne, oblitérée " 04024 GAETA (LT) 31/3/77 et griffe " STADxxx DI COSTODIA PREV. E DI PENA / RECLUSORIO MILITARE - GAETA / COMMANDO"

22 DÉCEMBRE 1952 :
Quinze tortionnaires de la Gestapo de la Rue de la Pompe sont condamnés à mort.

12 JANVIER 1953-13 FÉVRIER 1953 :
Procès des responsables du massacre d'Oradour-sur-Glane devant le Tribunal Militaire de Bordeaux. Le Français Boos et l'Allemand Lenz sont condamnés à mort. Les Alsaciens-Mosellans, sont condamnés à des travaux forcés ou à des peines de prison.

28 JANVIER 1953 :
L'Assemblée Nationale modifie la loi sur les crimes de guerre.

19 FÉVRIER 1953 :
Les condamnés alsaciens-mosellans du massacre d'Oradour-sur-Glane sont amnistiés.

Procès eichman

11 MAI 1960 :
Adolf Eichmann, nommé pendant la guerre à la tête du RSHA qui s'occupe des « affaires juives et de l'évacuation », responsable de la logistique de la « solution finale » et organisateur notamment de l'identification des victimes de l'extermination raciale prônée par le NSDAP et leur déportation vers les camps de concentration et d'extermination, est capturé en Argentine par un commando israélien.
Son procès à Jérusalem commence le 11 avril 1961 et il est condamné à mort le 11 décembre 1961. Après appel et recours en grâce, il sera pendu le 31 mai 1962.
Un timbre d'Israël sera émis pour le cinquantième anniversaire du procès.

3 JUILLET 1979 :
Un vote du Bundestag sur l'imprescriptibilité des assassinats permettra de continuer à poursuivre les criminels nazis.

Klaus barbie
11 MAI 1987 :
Début du procès de Nikolaus Barbie, dit Klaus Barbie, chef de la section IV (SIPO-SD) dans les services de la police de sûreté allemande basée à Lyon.
Surnommé « le boucher de Lyon », il est condamné à la réclusion à perpétuité pour crime contre l'humanité à Lyon le 4 juillet.

Un timbre de Palau sera consacré à sa condamnation.

Rudolf Hess
AOÛT 1987 :
Mort, à la prison interalliée de Spandau, du dernier condamné à la prison à vie du procès de Nuremberg : Rudolf Hess.
Afin d'éviter que le lieu ne fasse l'objet de rassemblements néo-nazis, l'établissement fut entièrement rasé après la mort de Rudolf Hess et remplacé par un supermarché. Les matériaux qui avaient servi à la construction de la prison furent dispersés dans la mer du Nord.

 

Retour en tête de page  



Retour à la chronologie : Gouvernements provisoires : 20 novembre 1945






Bibliographie Historique
Biblio historique
Le Procès de Nuremberg par Bernard Michal, Editions de Crémille, Genève1973

Le Procès de Nuremberg par Joe J. Heydecker et johannes Leeb, éditions Buchet / Chastel, Paris 1971 Septembre 1994.

Avoir toujours raison ...c'est un grand tort Edgar Faure Mémoires tome I Librairie Plon 1982.

Chronique du Vingtième Siècle ouvrage collectif, Larousse-RTL 1985

Histoire du Vingtième Siècle 1939-1953 par Serge Bernstein et Pierre Milza, Hatier 1985

Affaires Extérieures, par Alfred Grosser, Flammarion 1984


Retour en tête de page  



 

© COPYRIGHT Jean Goanvic                Première mise en ligne du site : 24 janvier 2014

Le but de ce site étant de partager gratuitement les connaissances, toute reproduction partielle ou totale de ce site à des fins commerciales est interdite. Toute reproduction (très) partielle, à des fins d'information non commerciale, est autorisée à la condition expresse de mentionner la référence de ce site et d'en informer le webmaster.
Les droits liés aux textes cités, à la numérotation indiquée dans les références et aux documents reproduits restent la propriété de leurs auteurs et propriétaires.

The purpose of this website being to share freely information, reproducing part or the whole of the content of this website for business purposes is prohibited. Any (very) partial reproduction for non-commercial information purpose is allowed provided that the webmaster is informed and the URL of this site is quoted.
The rights related to the quotations, to the numbering systems referred to and to the scanned documents remain the property of their authors and owners.