LA PHILATÉLIE, TÉMOIN DE L'HISTOIRE
Documentation philatélique replacée dans son contexte historique

URL du site : http://www.histoire-et-philatelie.fr


La France en Guerre aux côtés des Alliés  

Retour au sommaire de   "La Guerre aux côtés des Alliés"  






Accès aux chapitres précédents et aux  chapitres
"Les Batailles des Frontières
et la Campagne (française) d'Allemagne"
 »

DE LA PROVENCE JUSQU'AU PIED DES VOSGES
LA BATAILLE DES FRONTIÈRES ET LA CAMPAGNE (française) D'ALLEMAGNE
Automne 1944 (Vosges, Mulhouse, Strasbourg)




Ce chapitre est consacré à la libération militaire des zones frontalières à partir de septembre / octobre 1944 et à l'épopée des troupes françaises en Allemagne.
En plus de la chronologie, il comprend les encarts suivants :

Page 1    
  • Front général du Nord-Est au 12 septembre 1944

  • Page 2
    1945

       


    FRONT GÉNÉRAL DU NORD-EST AU 12 SEPTEMBRE 1944

    Front général au 12 septembre 1944


    insigne du 21st Army group

    LE 21ÈME GROUPE D'ARMÉES
    DU GÉNÉRAL MONTGOMERY
    (APRÈS LE 1ER OCTOBRE 1944)


    Il comprend :
    ▪  La 1ère Armée Canadienne : général Crerar
    ▪  et la 2ème Armée Britannique : général Dempsey
    et dépend du SHAEF du général Eisenhower.

    Début septembre 1944, la plus grande partie du 21ème groupe d'armées est au delà des frontières françaises (Belgique, Pays-Bas, ....). Il ne comprend aucune grande unité française et n'est donc pas décrit par ce site.
    Seules, quelques unités anglo-canadiennes, polonaises, tchécoslovaques,.... restent en France pour assurer la sécurité des zones libérées et des lignes d'approvisionnements et contenir les troupes allemandes retranchées dans Dunkerque.

    Pour l'épopée précédente des armées Montgomery de la Seine à la frontière belge,
    Voir l'encart :

    "L'épopée du 21ème Groupe d'armées du général Montgomery vers le nord"



    Situation 21ème Groupe d'Armée au 15 septembre 1944
    Situation début octobre 1944 : la partie française dont la libération avait été attribuée au général Montgomery est libérée à l'exception de la poche de Dunkerque




    Pour le courrier lié à la poche de Dunkerque
    voir le chapitre :

    "Les poches de l'Atlantique"







    insigne du 12th Army Group

    LE 12ÈME GROUPE D'ARMÉES
    DU GÉNÉRAL BRADLEY


    Il comprend :

    ▪  la First US Army du général Courtney X. Hodges
    ▪ et la 3rd US Army du: général George S. Patton qui inclut notamment le XV US Corps dont dépend la 2ème D.B. française. Le XV US Corps sera transféré le 29 septembre avec la 2ème DB à la 7th US Army du 6ème groupe d'Armées qui remonte de Provence.

    et dépend du SHAEF du général Eisenhower.





    insigne First army

    L'ÉPOPÉE DE LA FIRST US ARMY
    DU GÉNÉRAL HODGES
    (APRÈS SEPTEMBRE 1944)


    Pour l'épopée précédente de la First US Army de la Seine à la frontière belge
    Voir l'encart :

    "L'épopée de la First US Army du général Hodges"





    Le 5 septembre au soir, 95% du Nord-Pas-de-Calais et la majeure partie de la Belgique sont libérés, quelques secteurs côtiers restant aux mains des Allemands.
    Une partie des troupes américaines ainsi que les lignes et services d'approvisionnement restent en France mais il n'y a que très peu de combats sur le territoire français dans cette zone.

    Note : La First US Army ne comprend aucune grande unité française et ses activités, hors de nos frontières, ne sont donc pas décrites par ce site .


    Zone libérée par la First US Army
    Zone assignée à la First US Army du général Hodges entre le 21ème Groupe d'Armées du général Montgomery au nord-ouest et la 3rd US Army du général Patton au sud-est


    Situation de la First Army au 5/9/44
    Situation au 5/9/44 : seule une frange le long de la frontière au nord et à l'est de Sedan est encore aux mains des Allemands.


    Les troupes américaines continuent de transmettre depuis la Belgique et l'Allemagne des messages radio vers les USA via Paris. Les formulaires sont affranchis avec le timbre 25 F Chenonceaux (Y&T France N° 611) et plus tard avec le 25F Gandon (Y&T France N°631) et oblitérés d'un cachet de l'A.P.O. et d'une empreinte du cachet "CENTRAL RADIO / PARIS", Ils portent généralement un cachet de censure US Tous les télégrammes transitent par Paris.

    Voir le chapitre : "Les télégrammes codés ou non"









    Insigne 3rd US Army

    L'ÉPOPÉE DE LA 3RD US ARMY
    DU GÉNÉRAL PATTON
    EN LORRAINE
    (OCTOBRE - DÉCEMBRE 1944)



    Pour l'épopée précédente de la 3rd US Army de la Seine vers la Moselle
    Voir l'encart :

    L'épopée de la 3rd US Army du général Patton vers la Lorraine et les Vosges




    Historique complet dans : https://www.ibiblio.org/hyperwar/USA/USA-E-Lorraine/index.html#XIV

    Third US Army 15 septembre 1944
    Le Front à la mi-septembre dans la zone confiée à la 3rd US Army

    26 SEPTEMBRE 1944 :
    Le Quartier général du XX US Corps se déplace de Montmirail (Marne) à Conflans-sur-Seine (Marne). Il y reste jusqu'au 29 novembre date à laquelle il ira à Thionville.

    APO 340 du Quartier général du XX US Corps
    V-Mail de l'APO 340 NY de novembre 1944 (distribué aux USA le 10 décembre) qui dessert le XX US Corps et qui se trouve à Conflans-sur-Seine du 26 septembre au 29 novembre 1944.



    LA PREMIÈRE BATAILLE DE LORRAINE
     (1ER SEPTEMBRE - 18 DÉCEMBRE)  

    La première phase de la « Campagne de Lorraine » commence le 1er septembre 19444 et se termine le 18 décembre 1944. Cette première phase de la campagne, menée par la 3rd US Army du général Patton, s'est terminée par la victoire des Alliés dans les secteurs de Nancy, Lunéville, Épinal, Saint-Dié, Thionville, Sarrebourg et Metz.

    Cette phase s'arrête brusquement par la contre-offensive allemande dans les Ardennes belges et le Nord de la Moselle et de l'Alsace le 18 décembre.

    La seconde phase de la « Campagne de Lorraine » concerne la libération des territoires mosellans encore occupés après le 18 décembre 1944. L'ensemble du territoire ne sera libéré qu'en mars 1945 par la 7th US Army du général Patch.





    1ERE PÉRIODE : 15 SEPTEMBRE - 7 NOVEMBRE :
    DEVANT LA MOSELSTELLUNG DE THIONVILLE A METZ
    front 7-11-44
    Opérations sur le front du 15 septembre au 7 novembre
    En pointillés rouges, le front au 15 septembre et en traits pleins rouges le front au 7 novembre
    Source : http://www.privateletters.net/MAPS/ETO/AlliedOperationsAgainsttheWestWall(15September-7November1944).png

    La 3rd US Army avait livré, au cours de septembre, de très violents combats sur le front de la Moselle et de la Meurthe. Sa progression avait été peu à peu ralentie, au fur et à mesure de sa pénétration en Lorraine.

    Au Sud de Metz, des résultats substantiels avaient été obtenus ; Nancy était libéré. Mais là aussi les Allemands s'étaient ressaisis et après avoir reçu des renforts ils réagissaient avec vigueur.
    Après l'engagement d'Arracourt, la libération de Nancy et le combat de Mairy, la 3rd US Army est stoppée par les défenses de Metz.
    A la fin du mois de septembre, le front est établi sur la rive ouest de la Moselle.

    Au Nord de Metz, les unités américaines se heurtent à la ligne Siegfried qui leur barre la route le long de la Sarre, au débouché du Luxembourg. Dans cette région, les unités de la 3rd US Army doivent s'arrêter à l'ouest de Thionville et le long de la rive gauche de la Moselle.

    Devant Metz, où elle arrive le 3 octobre, la 3rd US Army menace gravement les défenses du Reich, et en particulier la ligne Siegfried, à moins de 60 kilomètres. Espérant gagner du temps pour renforcer cette ligne fortifiée, l'OKW décide de freiner la progression de Patton en renforçant les points stratégiques de ce front.

    La Moselstellung, une ligne fortifiée de forts construits après l'annexion de 1871 dans la vallée de la Moselle entre Metz et Thionville, constitue un excellent point d'appui pour les troupes allemandes.
    Le secteur relève alors de la 1. Armee allemande. Le 27 août 1944, la défense de Metz est confiée au général Walter Krause et la ville est déclarée forteresse du Reich six jours plus tard. Pour l'OKW, arrêter Patton est une priorité.

    La 3rd US Army, manquant d'essence, est incapable de prendre rapidement à la fois Nancy et Metz, à la différence des actions qui avaient caractérisé l'avance rapide de Patton depuis Avranches.
    Jusqu'au 12 octobre 1944 et le début de l'assaut sur Metz, une météo exceptionnellement pluvieuse gêne en outre les opérations militaires. Ces problèmes logistiques, combinés à la combativité des troupes allemandes et à une bonne utilisation des défenses de Metz, retardent la chute de la ville.

    Après le 29 septembre, date à laquelle le XV US Corps est transféré à la 7th US Army, la 3rd US Army comprend essentiellement le XX US Corps au Nord and la région de Metz et le XII US Corps plus au Sud (Nancy, Chateau-Salins).






    2EME PÉRIODE : 8 NOVEMBRE - 2 DÉCEMBRE :
    L'OFFENSIVE VERS LA SARRE
    Offensive sur la Moselstellung
    Évolution du front pendant l'« offensive de novembre » du 8 novembre au 2 décembre
    CLIQUEZ POUR AGRANDIR
    Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/ce/Third_Army_November_Offensive.jpg


    Opérations de la 3rd US Army du 3 au 19 décembre 1944
    Opérations militaires de la 3rd US Army du 3 au 19 décembre

    8 NOVEMBRE 1944 :
    Offensive générale lancée à partir de Chateau-Salins par le général Patton.

    Le général Patton a recours à une manœuvre d'envergure qui a impliqué de longs préparatifs. Sa mission n'est pas seulement d'obtenir la reddition de la place forte mosellane, mais de tenir son rôle dans l'offensive alliée générale, engagée dans le but d'expulser l'ennemi du sol de France et de le jeter au Rhin.
    C'est pourquoi cette manœuvre est effectuée également dans le courant de novembre, en relation directe de temps avec les opérations de la 7th US Army d'une part, et de la 1ère Armée française d'autre part.
    Cette manœuvre qui consiste à déborder largement la place forte de Metz, à la fois par le Nord et par le Sud, débute le 8 novembre par une attaque au sud sur le front Rumilly - Morhange. Cette action est suivie à partir du 15 par une deuxième attaque de l'aile gauche vers la ligne Bouzonville-Metz. Les deux attaques se rejoignent finalement le 19 novembre à Vallières, aux abords immédiats de la ville qui était dès lors encerclée.
    Le nettoyage des forts se poursuit jusqu'en décembre, alors que la ville de Metz elle-même tombe le 22 novembre à 14h30.

    L'attaque sur la Sarre est en cours quand les Allemands lancent l'offensive des Ardennes (en Belgique) à la mi-décembre.

    Les opérations sur la Sarre sont stoppées, la 3rd US Army déplace ses troupes vers le nord pour contre-attaquer sur le flanc sud de l'offensive en Belgique et au Luxembourg.
    Ce changement d'objectif marque la fin de la première phase de la campagne de Lorraine.
    Les combats reprendront avec la 7th US Army du général Patch.
    Après l'offensive allemande de janvier 1945, très meurtrière, les combats se poursuivront dans les secteurs de Forbach et Bitche jusqu'en mars 1945.



    11 NOVEMBRE 1944 :
    A partir du 8 novembre, la 35th US Infantry Division du XII US Corps est engagée en direction de la Sarre. Elle progresse par Fresnes-en-Saulnois, puis Château Salins, avant de donner l'assaut sur Viviers, qui change plusieurs fois de mains avant de revenir aux Américains. Le 14, elle capture 2.000 prisonniers à Morhange.

    Libération de Château-Salins.

    APO 163 de Chateau-Salins
    Lettre censurée par avion insuffisamment affranchie à 6¢ oblitérée de l'APO 163 de Château-Salins 9/11/44, taxée à l'arrivée à 6¢ probablement pour excès de poids (l'APO 163 est à Chateau-Salins en novembre 1944)

    50ème anniversaire de la libération de Thionville
    11 NOVEMBRE 1944 :
    Début novembre 1944, les troupes du général Walton Walker qui étaient sur la rive ouest de la Moselle à Thionville depuis le 13 septembre n'ont toujours pas pu franchir la rivière.
    Le 378th Inf. Regt de la 95th Inf. Div. du XX US Corps est chargé de prendre le fort de Yutz sur la rive opposée et de "nettoyer le secteur" afin d'établir une tête de pont sur la rive est.
    L'opération débute le 11 novembre au matin. Deux compagnies franchissent la Moselle à hauteur de l'île occupée par la gare, sous le feu de mitrailleuses et de mortiers de la 559. Volks-Grenadier-Division. La résistance est forte, mais les Américains parviennent à prendre le fort de Yutz le 13 novembre, après deux jours de combats soutenus. Le groupe fortifié d'Illange, nouvel objectif au sud de Thionville, est pris le 14 novembre.
    Source : http://wikithionville.fr/index.php?title=Lib%C3%A9ration_de_Thionville

    Deux oblitérations temporaires et un "Prêt-à-Poster" rappellent ces événements :
    •  Une oblitération temporaire "50ème Anniversaire de la Libération / 57 THIONVILEE // (1944 /11-XI/1994 / (clocher) / 11 / NOV 94" commémore cette libération.


    •  Une oblitération temporaire "1944 - YUTZ LIBERE - 2004 / 57 YUTZ // (croix de Lorraine et casques) / 13 novembre 2004"

    •  Un Prêt-à-Poster" personnalisé (repiqué ?) avec drapeaux français et américains, croix de Lorraine, casques et légende "13 NOVEMBRE / YUTZ LIBERE".

    PAP Yutz


    60ème anniversaire de la libération de Guénange

    16 NOVEMBRE 1944 :
    Libération de Guénange sur la rive droite de la Moselle entre Metz et Thionville.
    Une oblitération temporaire illustrée "60e ANNIVERSAIRE DE LA LIBERATION / 57 GUENANGE // MOSELLE RIVER / 1944-2004 (drapeaux US et FFI soldats, poignées de mains) / 13-14 XI 2004" commémore le soixantième anniversaire de la Libération de la ville et de la vallée de la Moselle.


    Blason Metz

    LIBÉRATION DE METZ

    22 NOVEMBRE 1944 :
    Libération de Metz par le XX US Corps du général Walker.

    La Libération de Metz est célébrée par :
    •   un timbre montrant les armoiries de la ville (Y&T France N°734).

    • Alsacienne et Lorraine



    •   un timbre montrant deux jeunes filles d'Alsace et de Lorraine en tenue traditionnelle avec en arrière plan les cathédrales de Strasbourg et de Metz (Y&T France N°739).



    •   une oblitération temporaire grand format "VOIE DE LA LIBERTE / METZ // (borne)" 21/9/47,
    •   une oblitération temporaire grand format "RANDONNEE CYCLOTOURISTIQUE / 57 MAIZIERES LES METZ // (borne)" 12/6/86,
    • Voie de la Liberté à Metz randonnée le long de la voie de la Liberté
        Randonnée le long de la Voie de la Liberté

    •   Une oblitération mécanique SECAP type 2 flamme à gauche "(borne Voie de la Liberté) // MAIZIERES / LES / METZ // (croix de Lorraine) // sur la voie de la LIBERTE" et couronne " 57 MAIZIERES LES METZ / MOSELLE.


    • OMEC Voie de la Liberté maizière les Metz
      oblitération mécanique célébrant "la voie de la Liberté"

      20ème anniversaire de la libération de Metz




    •  une oblitération temporaire illustrée "XXE ANNIVERSAIRE DE LA LIBERATION / METZ / (cathédrale, combattants et char) / 28 29 NOV. 1964".


    •   Une oblitération mécanique SECAP type 1 flamme à gauche "1944 - METZ - 1969 / 25e ANNIVERSAIRE / DE LA LIBERATION" et couronne "57 METZ R.P. / MOSELLE".

    • OMEC Libération de Metz 25e anniversaire


      L'A.P.O. 303 américain s'installe à Metz du 11/12 au 29/12/44

      APO 303 de Metz
      Entier postal en franchise partielle réduite oblitéré de l'APO 303 NY 15/12/44 qui se trouve à Metz du 11 /12/44 au 29/12/44

      Surcharge RF de Metz

    •   Huit timbres-poste avec surcharge "R    F / METZ / DÉLIVRÉE" sur fond du blason de la ville ont été vendus au bureau de poste sur autorisation du préfet en date du 24 novembre 1944 au profit des familles de fusillés. Ce ne sont pas des timbres-poste mais des vignettes de bienfaisance.


    • Vignette de Metz sur enveloppe
      Vignettes, n'ayant aucun pouvoir d'affranchissement, sur enveloppe. Elles n'auraient pas dû être oblitérées. Les timbres Pétain étaient interdits sur enveloppe depuis le 1er novembre.




    5-10 DÉCEMBRE 1944 :
    Libération de Sarreguemines et de Bining (canton de Rochbach-les-Bitche) par les forces américaines de la 35th US Infantry Division du XII US Corps.

    Source : http://www.sarreguemines.fr/UserFiles/File/histoire/liberation.pdf
    et http://www.farebersviller-saga.net/index.php/la-liberation/49-version-americaine-de-la-bataille


    Une oblitération mécanique SECAP type 2 "50 ème Anniversaire / 1944 - 1994 // Libération / de / BINING // (village)" et couronne "57 ROHRBACH LES BITCHE / MOSELLE" commémore le cinquantenaire de cette libération.

    OMEC Libération de Rochbach les Birche

    7 DÉCEMBRE 1944 :
    Le front de la 3rd US Army se fige sur une ligne qui va de Mosbach, Falkling, Gaubiving jusqu'au bois de Grosbliederstroff. Les combats autour de Forbach vont durer tout l'hiver et ce n'est que le 14 mars 1945 que Forbach sera délivré par le 276th US Inf. Regt et la 70th US Inf Div. .

    Front au 20 décembre 1944
    Le front (en trait bleu foncé épais) au 15 décembre 1944
    En vert clair les zones françaises tenues par l'ennemi.
    source : https://www.ibiblio.org/hyperwar/USA/USA-E-Lorraine/maps/USA-E-Lorraine-XLIII.jpg

    Les troupes américaines continuent de transmettre depuis la Belgique et l'Allemagne des messages radio vers les USA via Paris. Les formulaires sont affranchis avec le timbre 25 F Chenonceaux (Y&T France N° 611) puis avec le 25F Gandon (Y&T France N°631) et oblitérés d'un cachet de l'A.P.O. local et d'une empreinte du cachet "CENTRAL RADIO / PARIS", Ils portent généralement un cachet de censure US. Tous les télégrammes transitent par Paris.

    Voir le chapitre "Les télégrammes codés ou non"











    Insigne du 6th US Army Groupe

    AU SUD
    RÉORGANISATION
    DES TROUPES DÉBARQUÉES EN PROVENCE


    général Jacob Devers
    Un 6th Army Group est officiellement créé le 15 septembre 1944 après la jonction des troupes d'« Overlord » venant de Normandie et de « Dragoon » venant de Provence.

    Il est sous les ordres du Lieutenant-General Jacob L. Devers et comprend la 7th US Army du Lieutenant-General Alexander E. Patch et l'« Armée B » du général Jean de Lattre de Tassigny qui devient la 1ère Armée française le 27 septembre.



    L'« ARMÉE B »
    DEVIENT LA
    « 1ÈRE ARMÉE FRANÇAISE »
    DITE
    « ARMÉE DE LA LIBÉRATION »

    27 SEPTEMBRE 1944 :
    L' « Armée B » prend l'appellation de Ière Armée française et regroupe désormais toutes les forces militaires et combattantes du pays.

    À l'automne 1944, la 1ère Armée compte environ 250 000 combattants (composés pour moitié d'éléments indigènes — maghrébins et africains — et pour moitié d'européens d'Afrique du Nord, plus des « Français Libres » du général de Gaulle, notamment la 1ère DFL/1ère DMI auxquels viendront s'ajouter progressivement 114 000 FFI.

    La 1re armée comprend :
    •  deux corps d'armée : le 1er corps d'armée commandé par le général Martin puis par le général Béthouart et le 2ème corps d'armée commandé par le général de Larminat puis par le général de Monsabert.

    •   5 divisions d'infanterie ; 1ère DMI, (ex-1re DFL), 2ème DIM, 3ème DIA, 4ème DMM, 9ème DIC,

    •  3 divisions blindées (DB) ; 1ère DB,commandée par le général Jean Touzet du Vigier, puis par le général Aimé Sudre, 2ème DB (ex-2ème DFL) (épisodiquement, Leclerc ne voulant pas servir sous les ordres de de Lattre qui avait servi sous Pétain en 1940/42), 5ème DB. (ex 2ème DB avant août 1943)

    •   Des éléments non endivisionnés : 4 Groupements de Tabors Marocains (GTM) du général Guillaume ; Bataillon de Choc, lieutenant colonel Gambiez ; Groupe de commandos d'Afrique (GCA),Groupe de commandos de France ; 16 groupes d'artillerie ; 6 régiments de tank destroyers ; 2 régiments blindés de reconnaissance ; 4 régiments du génie et 3 régiments de pionniers ; 12 groupes d'artillerie antiaérienne ; compagnies de transmissions, transports, intendance, matériel, essence, santé…

    • Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/1re_arm%C3%A9e_(France_1944-1945)

    Sur les 400 000 hommes que les F.F.I. auraient pu vraisemblablement rendre opérationnels en septembre 1944, 120 000 au maximum seront amalgamés aux troupes régulières débarquées.
    137 000 FFI et F.T.P. rejoignent la 1ère Armée parfois en unités constituées, parfois en ordre dispersé. Tous plein d'ardeur, ils sont mal équipés, mal armés d'armes disparates, sans armement lourd, sans artillerie, arborant des grades fantaisistes.
    On peut leur ajouter les 20 000 combattants qui forment la 27ème division alpine et les unités F.F.I. qui se lancent au contact des garnisons des poches de l'Atlantique et de la Manche sous la direction du général de Larminat.

    Les unités issues des F.F.I. vont être plus particulièrement chargées de réduire les poches allemandes de La Rochelle, Lorient, Saint-Nazaire et Dunkerque mais beaucoup d'autres ont rejoint la 1ère armée. Ces unités légères F.F.I. vont être incorporées dans les troupes de l'armée régulière.
    Au 1er septembre 1944, les armées françaises comptent environ 560 000 hommes.

    Source : http://delamarejean.free.fr/Service_Militaire_Obligatroire/html/premiere_armee.html

    On notera que les chiffres concernant les FFI varient considérablement d'une source à l'autre...

    Pour une liste quasi exhaustive des groupements FFI ayant rejoint la 1ère Armée française on se reportera au chapitre :

    "Groupements FFI ayant combattu dans les rangs de la 1ère Armée française"



    Des cartes postales de franchise militaire sur fond blanc ou rose foncé, à en-tête «Armée de la LIBERATION» (S/W N° LIB 1) sont imprimées du nom de la nouvelle Armée. Elles portent toujours la mention "Territoire" et sont principalement destinées aux Africains. Le modèle est assez semblable par sa composition à celui des cartes "Armée d'Afrique".

    CPFM Armée de la Libération
    CPFM "Armée de la Libération" sur fond rose foncé 10/1/45

    CPFM Armée de Libération fond blanc
    CPFM "Armée de la Libération" sur fond blanc 31/10/44

    Il a été signalé également une carte similaire neuve à entête "FRATERNITE DE GUERRE" mais sans la mention "AUX ARMEES" sous l'adresse de l'expéditeur.
    Cette carte n'a pas été encore été signalée oblitérée. Il est possible que ce soit une carte qui était destinée à être utilisée juste après la fin de la guerre avant le rapatriement des troupes en Afrique.

    CP Fraternité de guerre
    Pas de "Aux Armées" en bas à gauche

    Il est vraisemblable que le but de ces nouvelles cartes était de gommer l'antagonisme entre l'Armée d'Afrique (en grande majorité giraudiste), la 2ème DB et la 1ère DFL (gaulliste) et les unités FFI lors de la fusion au sein de la 1ère Armée française en n'utilisant plus les cartes similaires portant la mention "ARMEE D'AFRIQUE".
    Néanmoins les cartes ci-dessus semblent avoir été très peu diffusées et utilisées (quelques exemplaires seulement signalés).








    Insigne du 6th US Army Groupe

    LE 6ÈME GROUPE D'ARMÉES
    DU GÉNÉRAL DEVERS
     ( SEPTEMBRE-DÉCEMBRE 1944)



    Vers le 15 septembre, le Front des Vosges se stabilise sur une ligne passant par Blamont, Pont-de-Roide, l'Isle-sur-le-Doubs, Vesoul, Epinal.
    Il est tenu par la 7th US Army à l'ouest et la 1ère Armée française au sud-ouest. En face, il y a la 19. Armee allemande.

    Front au 15 septembre
    En pointillés rouges, la ligne de front à la mi-septembre


    Afin de réduire la longueur du front sous la responsabilité de la 3rd US Army, le XV US Corps (dans lequel se trouve la 2ème DB) passe le 29 septembre sous le commandement de la 7th US Army qui remonte de Provence.

    Le transfert du XV US Corps (79th US Inf. Div et 2ème D.B.) de la 3rd US Army vers la 7th US Army le 29 septembre puis de la 44th US Inf Div juste après, l'arrivée des 100th et 103d US Infantry Divisions, 12th and 14th US Armored Divisions, et d'éléments des 42nd, 63rd, and 70th US Infantry Divisions avant la fin de 1944, demandent beaucoup d'efforts aux services de support et d'approvisionnement, d'où des ralentissements, voir des "pauses", dus à .... l'intendance qui n'arrive pas toujours à suivre.

    A la fin novembre 1944, le général Eisenhower change l'objectif du 6ème Groupe d'Armées.
    Après la prise de Strasbourg, la 1ère Armée Française doit se concentrer sur la liquidation de la "Poche de Colmar" entre Strasbourg et Mulhouse et la 7th US Army doit se déporter vers le Nord et assister la 3rd US Army du général Patton pour couper la ligne Siegfried sur le Rhin.



    Mais à la mi-décembre, alors que la 7th US Army est sur le point de s'élancer vers la Sarre et le Palatinat, les allemands déclenchent leur contre-offensive sur les Ardennes.

    La First US Army du général Hodges qui fait face à l'Armée allemande dans les Ardennes reçoit l'appui de la 3rd US Army du général Patton dont le flanc droit est protégé par la 7th US Army qui est alors détournée de son objectif initial et reste sur la défensive jusqu'à l'assaut final qui débute en mars.

    Pendant l'hiver, l'essentiel des efforts alliés (munitions, carburant, pièces de rechange, personnel de relève...) vont vers la bataille des Ardennes (Belgique et Luxembourg) laissant peu d'opportunités pour terminer la libération des dernières poches allemandes en Lorraine et en Alsace.




    Carte de la Libération de l'Alsace
    Source : BATTLE OF ALSACE NOV. 1944 - MARCH 1945, Carte Michelin 1947



    indicationPendant cette période, les opérations de la 7th US Army et de la 1ère Armée Française se déroulent essentiellement en parallèle. Pour la clarté de la présentation cet encart couvre successivement l'épopée de la 7th US Army au nord, puis celle de la 1ère Armée Française au sud.


     Accès direct à l'épopée de la 1ère Armée Française (sept-nov. 44)





    Insigne de la 7th US Army Insigne 2ème DB

    LA 7th US ARMY DU GÉNÉRAL PATCH
    (QUI INCLUT LA 2ÉME DB)



    Pour la période précédente voir le chapitre :

    Le « VI US Corps » du général Truscott




    Le 29 septembre, le XV US Corps est transféré (avec la 2ème DB) de la 3rd US Army du général Patton à la 7th US Army du général Patch.

    La 7th US Army comprend alors deux US Corps :

    Le VI US Corps avec notamment les 3rd, 36th, 100th et 103th US Inf. Div..
    Le XV US Corps avec la 79th et la 44th US Inf. Div. et la 2ème DB française

    A partir du 28 septembre jusqu'au 10 octobre le XV US Corps nettoie la Forêt de Parroy face à une résistance allemande très importante puis pendant une douzaine de jours s'empare du massif à l'Est de la Forêt de Parroy.
    Pendant ce temps la 2ème DB effectue une défense active et de recherche de renseignements en liaison avec la Résistance locale.

    Le 1er novembre, la 2ème DB s'empare de Baccarat après deux jours de bataille. Elle marque une pause devant la Vor-Vogesen-Stellung, ligne de défense allemande allant de Blâmont à Badonviller, le long des Vosges, du Donon à la région de Bitche. Cette ligne barre, au nord, la trouée de Saverne et la route de Strasbourg.

    Du 13 au 19 novembre, le XV US Corps perce les défenses des Vosges près de Sarrebourg permettant ainsi à la 2ème DB de s'engouffrer dans la trouée de Saverne et de libérer Strasbourg le 23 novembre.

    Cette offensive déséquilibre la défense allemande qui concentre ses efforts au nord de la Vor-Vogesen-Stellung ce qui permet à la 7th US Army et à la 1ère Armée Française, au sud, de libérer Belfort et Mulhouse.


    Le 25 octobre 1944, le major-general Edward H. Brooks prend le commandement du VI US Corps en remplacement du général Truscott qui a été promu et prend la responsabilité de la 5th US Army en Italie.
    Le VI US Corps continue son combat sur les Vosges jusqu'à la fin novembre 1944 puis pénètre dans la plaine d'Alsace.





    LA 2EME D.B. DANS LES VOSGES ET EN ALSACE

    Blason 2ème DB
    Les deux types des surcharges RF de Baccarat

    1ER NOVEMBRE 1944 :
    Libération de Baccarat en Meurthe-et-Moselle par la 2ème DB.
    Une oblitération temporaire grand format illustré "JOURNEE LECLERC / BACCARAT // (blason de la 2ème DB : France et croix de Lorraine)" a été mise en service le 28 Octobre 1951.

    Journée Leclerc à Baccarat



    Des timbres Pétain démonétisés depuis la veille ont été surchargés "BACCARAT / LIBRE / 1-11-44"(deux types de surcharge) sur la demande d'individus n'ayant aucune autorité pour le faire. Ils ne furent pas vendus à la poste. Opération essentiellement mercantile (voir l'ouvrage "Les Timbres de la Libération" de Jacques F. Lion, éditions Sinfonia, 1964).




    Blason 2ème DB

    LIBÉRATION DE STRASBOURG

    Pendant que la 1re Armée française gagne la bataille de la Trouée de Belfort et remporte le trophée de la Course au Rhin, la 7th US Army passe aussi à l'offensive à partir du 15 novembre et livre une bataille de même nature pour la Trouée de Saverne.
    La manœuvre américaine pour Saverne consiste à attaquer au centre sur l'axe Blamont, Sarrebourg, Phalsbourg.
    La 2ème DB française, qui lui est rattachée, a pour mission de couvrir le flanc droit de cette attaque en lançant de forts éléments cuirassés chargés de déborder la résistance ennemie en se portant sur ses arrières pour y désorganiser ses moyens de commandement et ses réserves.
    Ultérieurement, il est prévu qu'elle ouvre aux forces américaines la route de Phalsbourg et de Saverne.


    Libération de Strasbourg
    L'Offensive vers Strasbourg
    CLIQUEZ POUR AGRANDIR
    Source : http://www.checkpoint-online.ch/CheckPoint/Histoire/His0016-2eDBChargeStrasbourg.html

    Dès le début de l'offensive américaine, Raon-l'Etape est enlevée, le Donon est contourné et Saint-Dié est atteint. Sarrebourg est pris le 21.

    Le 18 novembre, les divisions américaines se trouvent arrêtées en avant de Cirey-sur-Vezouse. La division Leclerc attaquant à revers s'empare du village et poursuit vers le Nord son action sur les arrières des lignes allemandes. Ne voulant pas laisser à l'ennemi le temps de se ressaisir, le général Leclerc décide de foncer avec toutes ses forces sur Strasbourg sans attendre l'arrivée des troupes américaines.
    Pour cette opération, la division est fractionnée en quatre colonnes progressant sur trois routes. La route du centre est interceptée à Phalsbourg par une position allemande très fortement tenue.
    Celle du Sud qui passe par Dabo et le col de Wolsberg amènent les blindés au sud de Saverne, tandis que celle du Nord, débordant largement Phalsbourg, conduit la colonne Rouvillois à tailler en pièces, à la Petite-Pierre, une division allemande en retraite.
    Le 22 novembre, les deux colonnes venues du Nord et du Sud se rabattent sur Saverne et y font leur jonction à midi trente.
    Un détachement est alors poussé sur Phalsbourg. La place assaillie des deux côtés ne tarde pas à capituler.
    Le même jour, à 19h, l'ordre verbal suivant est adressé au P.C. de la division : « Aider le 6th US Corps à attaquer Strasbourg. Si la 2ème D.B. a pris de l'avance sur le 6th US Corps, elle attaquera Strasbourg seule. »
    Ces indications consacrent la décision du général Leclerc. Laissant un de ses groupements devant Phalsbourg, quatre autres groupements sont découplés sur Strasbourg dans la journée du 23.
    Le groupement Rouvillois qui progresse au centre par la grand'route Saverne-Strasbourg, le long de la vallée de la Zorn, a trouvé le chemin libre et pénètre dans la ville dès les premières heures de la matinée. Lorsque le lieutenant-colonel Rouvillois entre dans Strasbourg, il lance la célèbre phrase codée « Tissu est dans iode » pour signaler sa réussite dans la prise de la capitale alsacienne. Il adresse à 10h 30 le message suivant : « Ayant laissé permanence à la Kommandantur, je fonce sur le pont de Kehl. ».
    Dès lors, les groupements voisins peuvent manœuvrer et participent bientôt au nettoyage de la place. La surprise a été complète. Les chars français ont fait irruption dans la ville alors qu'elle reprenait paisiblement son activité journalière. Plus de 5.000 Allemands sont ainsi ramassés dans les rues et dans les casernes.
    Le général Vaterodt, commandant la place, doit se rendre après un bref bombardement du fort Ney où il s'était retiré et signe l'ordre de reddition des forts.
    Pendant ce temps, Phalsbourg est enlevée sous les assauts combinés franco-américains et le groupement sud couvrant le flanc droit de la division s'empare de Wasselonne et progresse vers Molsheim. La libération de Strasbourg est réalisée et le Rhin de nouveau atteint.



    17 NOVEMBRE 1944 :
    Libération de Raon L'Étape.
    Une oblitération temporaire double cercle "ANNIVRE LIBERATION DE / - 88 - RAON L'ETAPE - // Mémorial de Viombois / 17 Nov. 1944 // (monument et croix de Lorraine) / 17 Nov. 1965" commémore "les combats héroïques des maquisards du groupe mobile Alsace-Vosges".

    Libération de raon l'Etape

    19 NOVEMBRE 1944 :
    Dans la région de Blâmont - Cirey-sur-Vezouz, la défense allemande cède complètement le long de la Vezouze.
    Dans la zone d'opération du XV US Corps, la 2ème Division Blindée française rejoint Cirey-sur-Vezouz. La 79th US Inf. Div. libère Frémonville.
    Les blindés du général Leclerc percent les positions allemandes près de Saverne, s'engouffrent dans la brèche et se dirigent vers Strasbourg.
    Le VI US Corps approche de la Meurthe et s'apprête à passer sur la rive est. La 100th US Inf. Div. qui se trouve déjà à l'est de la Meurthe, poursuit sa progression vers Raon-l'Étape.


    20 NOVEMBRE 1944 :
    La 3rd Inf. Div (VI US Corps) traverse la Meurthe dans la région de Clairefontaine et de Saint-Michel, et conquiert une importante tête de pont comprenant La Paire, Hurbache et La Voivre. La 100th US Inf. Div. lance une offensive à partir du secteur de Raon-l'Étape vers l'est. Dans la nuit du 20 au 21, la 103th US Inf. Div. traverse la Meurthe dans la zone de la 3rd Inf. Div. et marche sur Saint-Dié-les-Vosges.

    21 NOVEMBRE 1944 :
    Libération de Sarrebourg par la 79th Inf. Div (7th US Army).

    lettre 2ème DB en franchise
    Lettre d'un spahi de la 2ème DB stationné à Sarrebourg 28/1/45

    21 NOVEMBRE 1944 :
    Libération de Saint-Dié des Vosges.
    Les Allemands désertent la ville, et les premiers soldats américains de la 103th US Inf. Div., surnommée la "Cactus Division" arrivent à Saint-Dié.
    http://www.centpourcent-vosges.fr/culture/sortir/70e-anniversaire-de-la-liberation-de-saint-die-des-vosges-a2802.html

    APO 3 de la 3rd US Army à Saint-Dié
    V-Mail envoyé de l'APO 3 NY qui dessert la 3rd US Infantry Division et qui se trouve à Saint-Dié du 17 janvier au 5 février 1945.


    22 NOVEMBRE 1944 :
    Des unités de la 2ème Division blindée française (XV US Corps), venant de Bouxwiller, au nord, et de Birkenwald, au sud, débouchent du massif vosgien et libèrent Saverne, à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Strasbourg et du Rhin.
    Dans la zone d'opération du VI US Corps, la 100th US Inf. Div. atteint Senones et se dirige vers Saint-Blaise. La 3rd US Inf.Div. accélère sa progression vers Saint-Blaise et Saales.

    Vingt timbres à l'effigie de Hitler ont été surchargés "R.F. / V / Saverne / Libre" (deux types) à la demande des FFI et du maire de Saverne et vendus quelques jours au double de la valeur faciale avant leur interdiction.

    Surcharges RF de Saverne
    série incomplète (manque 42pf et 1 M)
    En vente sur www.delcampe.fr

    APO 60 à Saverne
    Entier postal à tarif réduit oblitéré de l'A.P.O. 60 NY qui est à Saverne du 18 janvier au 31 mars 1945.

    Drapeau sur la cathédrale de Strasbourg



    23 NOVEMBRE 1944 :
    Dans le secteur de la 7th US Army, la 2ème Division blindée française (XV US Corps), après une "chevauchée fantastique" depuis Saverne et le massif des Vosges, fait une entrée triomphale dans Strasbourg et défile sur la place Kléber.
    Le Régiment de Marche de Spahis marocain hisse le drapeau tricolore, orné d'une croix de Lorraine, au sommet de la cathédrale, haute de 200 mètres.
    Le célèbre serment du général Leclerc fait après la capture du fort italien de Koufra, le 1er mars 1941, en Libye, est enfin honoré.
    Dans la zone d'opération du VI US Corps, la 3rd US Inf. Div., après avoir atteint Saulxures et Saales, investit Saint-Blaise, appuyée par la 100th US Inf. Div..

    Journal Libération de Strasbourg


    La Libération de Strasbourg est célébrée par:

    •   Plusieurs timbres de France (Y&T France N°435, 815, 1410, 1608),

    •   un timbre montrant des femmes en tenue traditionnelle d'Alsace et de Lorraine avec en fond à gauche la cathédrale de Strasbourg paru en 1945 (Y&T France N°739),

    •   un timbre armoiries de Strasbourg paru en 1945 (Y&T France N°735),
    Alsacienne et Lorraine

    Blason de Styrasbourg


    Série Rhin et danube : Strasbourg

    •   Un timbre de la série Tchad au Rhin pour chaque territoire ou groupe de colonies(Y&T AEF N°49, AOF N°10, Cameroun N°37, Cote des Somalis N°19, Guadeloupe N°12, Guyane N°34, Établissements Français dans l'Inde N°16, Indochine N°45, Madagascar N°71, Martinique N°12, Nouvelle-Calédonie N°60, Océanie N°25, Réunion N°41, Saint-Pierre-et-Miquelon N°17, Wallis et Futuna N°10),


    20ème anniversaire de la libération de Strasbourg
    25ème anniversaire de la libération de Strasbourg

    30ème anniversaire de la libération de Strasbourg

    •   une oblitération temporaire illustrée "XXe ANNIVERSAIRE DE LA LIBERATION / STRASBOURG // (cathédrale de Strasbourg)/ 23-11-64",

    •   une oblitération temporaire illustrée "GENERAL LECLERC MARECHAL DE FRANCE / 67-STRASBOURG / LIBERATION STRASBOURG 2me DB / (effigie de Leclerc) / PREMIER JOUR / 22 NOV 69",

    •   une oblitération temporaire illustrée "XXXe ANNIVERSAIRE DE LA LIBERATION / . 67 STRASBOURG . // HONNEUR / A LA // (blason France et croix de Lorraine) // 2e DB / 24 NOV. / 1974",


    40ème anniversaire du décès accidentel du général Leclerc
    •   une oblitération temporaire illustrée "1902 GENERAL LECLERC MARECHAL DE FRANCE 1947 / 67 STRASBOURG // KOUFRA - PARIS - STRASBOURG / PREMIER JOUR 28 NOVEMBRE 1987" sur le timbre avec même légende (Y&T France No 2499),


    • une oblitération temporaire grand format "40e ANNIVERSAIRE DE LA LIBERATION / 67 STRASBOURG // (cathédrale, portrait Leclerc, blason 2ème DB)" 24/11/84.

    40ème anniversaire de la libération de Strasbourg

    •   une oblitération temporaire illustrée "50 ans Libération 23.11.44 / 67 STRASBOURG // (cathédrale, blason 2ème DB) / 22.11.1994",

    50ème anniversaire de la libération de Strasbourg

    •   Une enveloppe "Distingo" repiquée a été mise en service pour le cinquantième anniversaire ainsi qu'une oblitération temporaire "CINQUANTENAIRE DE LA LIBERATION / 67 STRASBOURG // 2è DB / (blason 2ème DB) / 23 NOVEMBRE 1994)"

    Distingo Strasbourg

    60ème anniversaire de la libération de Strasbourg

  •   une oblitération temporaire illustrée "60e Anniversaire de la Libération de Strasbourg / • 67 STRASBOURG • // 1944 - 3004 / (cathédrale, blason 2ème DB) 20-21 nov. 2004",





  •   une oblitération temporaire illustrée "70e ANNIVERSAIRE LIBERATION PAR LA 2e DB 23.11.44 / 67 STRASBOURG // (Jeep et soldats , cathédrale, drapeau) / 21-22 NOV. 2014 ",


  • 70ème anniversaire libération de Strasbourg

    •   un "Prêt-à-poster (repiqué ?) avec dessin "Liberté", colombes et drapeaux et texte "Novembre 1944-2004 / 60ème anniversaire de la / libération de Strasbourg ",
    PAP 60ème anniversaire libération de Strasbourg

    Le B.P.M. 554 s'installe à Strasbourg. Il utilise plusieurs cachets muets, un cachet à numéro double cercle et diverses griffes de recommandation provisoires.

    BPM 554 de Strasbourg
    Lettre recommandée du BPM 554 de Strasbourg pour Paris avec griffe "SECTEUR POSTAL / N°554" sur l'étiquette de recommandation et oblitération muette "POSTES AUX ARMEES / ★ " 11/4/45, cachet arrivée illisible au verso

    BPM 554
    Lettre recommandée pour Paris, affranchie à 6F, oblitérée cachet double cercle "POSTE AUX ARMEES / .S. 554." 18/5/45 et cachet rectangulaire de recommandation provisoire.

    BPM 554 de Strasbourg avec griffe de recommandation provisoire
    Lettre recommandée pour Lyon, affranchie à 6F, oblitérée cachet simple cercle "POSTES AUX ARMEES /★     ★" 23/7/45 et cachet rectangulaire de recommandation provisoire.

    Compte tenu des pénuries de papier, la nouvelle administration alsacienne récupère les anciennes enveloppes de l'administration allemande, caviarde les inscriptions et imprime les nouveaux intitulés.

    Enveloppe allemande caviardée
    Enveloppe allemande de Haguenau (Finanzamt Hagenau) dont l'entête et l'emblème nazie a été caviardée avec nouvelle impression de l'administration française, mai 1945

    Quant aux entreprises et aux institutions qui avaient germanisé leur nom en 1940, elles reprennent leur ancienne appellation. La pénurie de papier conduit à réutiliser la papeterie de la période allemande avec des cachets au nouveau nom.

    Enveloppe allemande réutilisée
    Enveloppe de l'Universitätskranken Strassburg réutilisée par les Hospices de Strasbourg 6/6/45

    Pour les changements postaux en Alsace après la Libération, on pourra se reporter à :
    "Les moyens de recommandation provisoire en Alsace-Lorraine 1945-1949" par André Peine édité par la SPAL en 1990,
    "La Poste en Alsace 1940- 1945" édité par la SPAL en 1986

    50ème anniversaire de la libération d'Ostwald



    23 NOVEMBRE 1944 :
    Libération de Ostwald (faubourg dans la banlieue sud de Strasbourg).
    Une oblitération temporaire "50 ans Libération 23.11.44 / 67 OSTWALD // (blason 2ème DB, monument, autre blason) / 7 NOV.1994" commémore le cinquantenaire de cette libération.


    23 NOVEMBRE 1944 :
    Libération d'Illkirch-Graffenstaden (banlieue sud de Strasbourg) vers 11h30 par le 501 R.C.C. de la 2ème D.B

    23 NOVEMBRE 1944 :
    Le camp de concentration allemand de Natzweiler - Struthof est libéré par la 3rd US Inf. Div..
    Le camp servira ultérieurement à interner des "collaborateurs".

    28 NOVEMBRE 1944 :
    Le communiqué américain est tombé à 16 heures le 28 novembre 1944, « La ville de Barr a été prise par les 1st, 3rd et 7th US Inf. Btn du 411th Inf. Regt et du 7th C.C (Command Corps) de la 103rd Inf. Div.. », Barr est enfin libre !

    Une oblitération temporaire "50e ANNIV. LIBERATION / 28/29 NOV 1944 / 67 BARR // 26 / XI / 94 / (colombe et blason)" commémore le cinquantième anniversaire.

    Libération de Barr

    28 -29 NOVEMBRE 1944 :
    La 2ème Division blindée française (XV US Corps) atteint le secteur d'Erstein, à 15km au sud-ouest de Strasbourg, où elle est stoppée par la vive résistance de la 19. Armee allemande. La ville est prise le lendemain.

    Position géographique de Benfeld
    1ER DÉCEMBRE 1944 :
    Au cours de la bataille d'Alsace, Benfeld a été libéré le 1er décembre 1944 par les Spahis de la 2ème D.B..
    Mais le 7 janvier 1945, les Allemands qui avaient déclenché une énergique offensive sur Strasbourg (Opération Nordwind) reprenaient une partie du terrain perdu et, atteignant l'Ill, arrivaient aux portes de la localité.
    Devant cette sérieuse menace, toute la population dut être évacuée et Benfeld subit, jusqu'au 20 janvier, le violent feu de l'artillerie allemande.

    Plusieurs oblitérations commémorent la première libération de Benfeld :

    •  Oblitération temporaire "50ème ANNIVERSAIRE DE LA LIBERATION / 67 BENFELD // (conducteur de char, carte de France et croix de Lorraine) / A LA 2e DB / 1 DEC 1994".


    50ème anniversaire de la libération de Benfeld

    •  Oblitération mécanique SECAP type 2 flamme à gauche "50ème ANNIVERSAIRE DU / RETOUR DE BENFELD A / LA MERE PATRIE / 1-12-1944 / 1-12-1994 // (hôtel de ville, blason 2e DB et blason de la ville) et couronne "67 BENFELD / BAS-RHIN"


    OMEC anniversaire libérationde Benfeld

    60ème anniversaire de la libération de Benfeld


  •  Oblitération temporaire "60e ANNIVERSAIRE de la LIBERATION DE BENFELD / 67 BENFELD // 1944 // (carte de France tricolore avec croix de Lorraine) // 2004 / 27-28 novembre 2004",


  •  oblitération mécanique SECAP type 2 flamme à gauche "(carte de France tricolore avec croix de Lorraine) // 60ème / ANNIVERSAIRE / de la / LIBERATION / de / BENFELD / 1944-2004 // (hôtel de ville)" et couronne "67 BENFELD / BAS- RHIN".




  • OMEC libération de Benfeld





    26 NOVEMBRE 1944 :
    La 3th US Inf. Div. (VI US Corps, 7th Army), après avoir passé le massif des Vosges, débouche dans la plaine d'Alsace. Elle remplacera le lendemain la 2ème DB à Strasbourg.

    Epopée de la 7th US Army novembre-décembre 1944
    https://www.ibiblio.org/hyperwar/USA/USA-E-Riviera/maps/USA-E-Riviera-31.jpg

    1ER DÉCEMBRE 1944 :
    Au soir, les 142nd et 143th US Inf. Regt de la 36th US Inf. Div. atteignent la périphérie de Sélestat.
    En hâte les commandos allemands font sauter trois ponts de chemin de fer avant de quitter la ville.

    1ER DÉCEMBRE 1944 :
    Plus au nord, la 79th US Inf. Div. (XV US Corps) libère Schweighouse-sur-Moder, à quelques km à l'ouest de Haguenau.

    Libération du Val de Moder

    1ER DÉCEMBRE 1944 :
    Première libération du Val de Moder (La Walck, Pfaffenhoffen) par les troupes de la 45th US Inf. Div. du général Patch.
    Cette région sera reprise par les Allemands le 23 janvier 1945 lors de la contre-offensive allemande sur l'Alsace du Nord dans le but de réduire l'effort allié dans la bataille des Ardennes, puis définitivement libérée le 15 mars 1945.
    Source : http://www.lawalck.com/documents/liberes-deux-fois.pdf

    Une oblitération temporaire "1944-94 LIBERATION DU VAL DE MODER / - 67 PFAFFENHOFFEN - // (drapeaux français et américains et blason) 29.05.94" commémore cette première libération en 1944.

    Libération de PfaffenHoffen


    Une autre oblitération temporaire "LIBERATION 1944 / 67 PFAFFENHOFFEN // (drapeaux américain et français) 25 Juin 1989 commémore également cette libération.

    2 DÉCEMBRE1944 :
    Les Américains entrent dans Sélestat d'où se sont retirées les troupes allemandes (en direction de l'ouest de la ville).
    C'est une libération inachevée qui se solde par des accalmies suivies de reprises des combats. La bataille pour la libération de la ville s'achèvera en février 1945.

    2 DÉCEMBRE 1944 :
    Le général Jacob Devers, le commandant du 6ème Groupe d'armées alliées, ordonne à la 7th US Army de se regrouper et de se réorganiser pour le 5 décembre, en vue d'une importante offensive prévue au nord.
    Le secteur de Colmar est désormais confié aux troupes de la 1ère Armée française. L'offensive de Jean de Lattre de Tassigny pour l'élimination de la poche de Colmar est fixée au 7 décembre.
    Deux divisions américaines du VI US Corps et la 2ème Division blindée de Leclerc passent sous l'autorité du 2ème Corps français.


    4 DÉCEMBRE 1944 :
    A Strasbourg le pont de Kehl saute, miné par l'ennemi qui s'est replié en Allemagne. Combats dans Haguenau et Sélestat. Dans la nuit du 3 au 4, les tirailleurs marocains prennent la Schlucht et le Hohnek.

    4 DÉCEMBRE 1944 :
    Libération de Ribeauvillé par la 35th US Inf. Div..
    Une oblitération temporaire "1944- 50e ANNIVERSAIRE - 1944 / -68 RIBEAUVILLE // DE LA LIBERATION / 3 DEC. 1994 // (paysage, char, insigne de la 35th US Inf. Div.) / 35e DIUS" commémore cette libération.

    Libération de Ribeauvillé

    5 DÉCEMBRE 1944 :
    La 7th US Army s'ébranle en direction du nord avec ses VI et XV US Corps pour une attaque générale en direction des lignes Maginot et Siegfried.

    7th US Army
    Opérations militaires de la 7th US Army du 5 au 20 décembre 1944
    https://www.ibiblio.org/hyperwar/USA/USA-E-Riviera/maps/USA-E-Riviera-32.jpg
    CLIQUER POUR AGRANDIR LA CARTE


    Blason 2ème DB
    6 DÉCEMBRE 1944.
    Malgré toutes ses démarches, Leclerc n'a pu éviter que la 2ème DB soit mise à la disposition de la 1ère Armée française.
    Le voilà, proximité oblige, placé sous les ordres du général de Monsabert qui commande le 2ème Corps d'Armée de la 1ère Armée Française de de Lattre .
    Les craintes de Leclerc se vérifient immédiatement.
    Compte tenu de la situation du moment et dans l'attente d'une offensive de la 1ère armée, Monsabert confie à la 2ème DB tout un secteur au sud de Strasbourg. Ce n'est pas, à proprement parler, la mission habituellement dévolue à une division blindée.
    M. Dietheim, ministre de la Guerre, est bien conscient du problème entre Leclerc et de Lattre. Le 13 décembre, il écrit au général US Devers, commandant le 6th Army Group (dont relève la 1ère Armée française) pour lui demander de détacher la 2ème DB de la 1ère Armée et de continuer à la faire prendre en charge logistiquement par les américains.
    Leclerc, lui aussi, a écrit à Jacob Devers qui lui a répondu.
    La séparation n'aura lieu qu'à la fin décembre.



    6 DÉCEMBRE 1944.
    Dans le Bas-Rhin, les troupes américaines poursuivent difficilement leur progression. La 45th US Inf. Div. qui a pris Ingwiller le 5, bute depuis sur les défenses allemandes à Mertzwiller.
    Le long du Rhin, la 79th US Inf. Div. prend Gambsheim et se dirige vers Haguenau.
    Haguenau, après dix sept jours de bombardements, est libéré par la 79th US Inf. Div. le 11 décembre.
    A l'initiative du Receveur des PTT local et de la direction locale du MLN, six timbres Hitler ont été surchargés "RF // (croix de Lorraine) / Haguenau / 11-12-44". Quelques lettres ont été confectionnées et oblitérées avec un ancien timbre-à-date du 11-12-43, les nouveaux timbres-à-date n'étant pas encore confectionnés.

    Surcharges de Haguenau

    Les troupes américaines se dirigent ensuite vers Climbach, Soultz-sous-Forêts, Wissembourg et Lauterbourg, puis se rabattent sur la ligne Siegfried après avoir investi la ligne Maginot.
    Au nord et à l'ouest de la poche de Colmar, Monsabert a révisé les ambitions du 2ème Corps d'Armée à la baisse. La 2ème DB devra se borner à fixer l'ennemi qui lui fait face, en lançant des attaques méthodiques et successives sur les villages tenus par l'ennemi. La division Leclerc est priée, ce faisant et par ailleurs, d'aider la 36th US Inf. Div. à percer l'axe Kaysersberg - Andolsheim afin de permettre le débordement de Colmar par l'est.

    15 DÉCEMBRE 1944 :
    La 7th US Army entre en Allemagne, le long de la frontière du Palatinat, en Alsace entre Wissembourg et Lauterbourg. La 1ère armée française se regroupe après avoir été stoppée par les forces allemandes.

    18 DÉCEMBRE 1944 :
    Libération de Kaysersberg.

    Blason 2ème DB
    29 DÉCEMBRE 1944 :
    La 2ème division blindée du général Leclerc, dont le PC est à Erstein, s'apprête à quitter l'Alsace pour la Lorraine. Direction : la région de Sarre-Union, où elle doit épauler la 7th US Army.
    La 1ère Division Française Libre (1ère DFL), qui avait été entre temps envoyée à Royan, revient précipitamment et prend la place de la 2ème DB au nord de la poche de Colmar.



    Source : http://pat72216.skyrock.com/2550353783-liberation-de-l-alsace-lorraine-et-autres-villes.html




    LA 1ÈRE ARMÉE FRANÇAISE
    DU GÉNÉRAL DE LATTRE DE TASSIGNY




    LA BATAILLE DES VOSGES
     (25 sept. - 8 nov.) 


    Les Vosges marquent la première vraie résistance allemande en France à l'avancée alliée après l'effondrement du front normand.
    L'armée allemande, harcelée par les FFI et par l'avance de la 7th US Army et de la 1ère Armée Française, se réorganise derrière les défenses naturelles du massif des Vosges, ce qui explique les difficultés de l'avancée des armées alliées qui marque une stabilisation.

    Le 16 septembre 1944, après la jonction entre les troupes venues de Normandie et les troupes venues de Provence, la 7th US Army du général Patch et la 1ère Armée Française du général de Lattre, font leur jonction sur les rives de la Moselle et atteignent Bruyères dans les Vosges (arrondissement d'Épinal) le 30 septembre.

    Relief des Vosges
    A la mi - septembre 1944, la 1ère armée française marque un arrêt aux portes de l'Alsace (de Lattre interdisant le mot "pause").
    D'une part, le haut-commandement allemand veut défendre à tout prix les frontières du Troisième Reich dont, pour lui, fait partie l'Alsace; d'autre part nos troupes ont fourni un effort victorieux constant au cours des sept dernières semaines et la fatigue se fait jour devant ces nouvelles formes de combat.
    Par ailleurs, le matériel demande une remise en état et nos dépôts de munitions et d'essence de proximité sont à créer et à remplir obligatoirement pour de nouvelles offensives. Le plus proche est à 275 km du front entre Grenoble et Lyon ! Les besoins quotidiens d'essence, de munitions et de vivres de notre Armée sont de 1 500 tonnes !

    Du 15 au 20 septembre, les deux Corps d'Armée français se rassemblent face à la trouée de Belfort, porte d'entrée en l'Alsace.
    Le 1er C.A. du général Béthouart aura la mission de pousser entre le Doubs et la frontière suisse, vers Pont-de-Roide, Delle et Altkirch.
    Le 2ème C.A. du général de Monsabert marchera vers le Ballon d'Alsace et le col de Bussang puis soit vers Cernay, soit vers Colmar et Mulhouse.

    La 7th US Army se dirige vers le nord pour rejoindre la force principale venant de Normandie (voir l'encart "La 7th Army du général Patch"), ce qui oblige la 1ère Armée à s'étirer également vers le nord aux pieds des Vosges; elle s'étire alors sur 360 km depuis les Alpes et doit créer un front offensif de 75 km.
    Source :http://rhin-et-danube.fr/wordpress/?p=530

    insigne de la 36th US Inf Div
    Le 15 septembre, la 36th US Inf. div. ("Arrowhead")est rattachée à la 1ère Armée Française.
    Elle avance vers la Moselle à Remiremont et vers les contreforts des Vosges.

    La libération de Remiremont, d'Éloyes et de Saint-Nabord par la 36th US Inf. Div. intervient le 23 septembre 1944.
    Le 30 septembre, le 442nd Regimental Combat Team (une unité americano-japonaise) vient renforcer la 36th. Le 442nd sera affecté à la capture de de Bruyères et Biffontaine où il rencontrera une forte opposition.

    Le 23 octobre le 1st Battalion du 141st "Alamo" Regiment de la 36th US Infantry Division est séparé de sa division au delà de Biffontaine. Le 27 octobre, le 442nd RCT est rappelé à la rescousse du bataillon perdu.
    Puis la division franchit la Meurthe, s'engouffre dans le Col Sainte-Marie et parvient à la plaine d'Alsace où elle contribue à l'encerclement de la Poche de Colmar.
    Le 15 décembre la 36th US Inf. Div. est ré-affectée au VI US Corps de la 7ème US Army.


    Note : Le "T" de l'insigne est pour "Texas" et la tête de flèche inversée est le symbole des territoires indiens de l'Oklahoma.




    LES PREMIÈRES OPÉRATIONS DANS LES VOSGES

    Combats des Vosges 25 septembre 8 novembre 1944
    Opérations du 25 Septembre au 8 novembre 1944
    En rouge, le front au 8 novembre.
    Source : http://rhin-et-danube.fr/wordpress/?p=530


    Malraux, colonel Berger

    17 SEPTEMBRE 1944 :
    Commandée par André Malraux et le lieutenant-colonel Pierre-Elie Jacquot, la Brigade indépendante Alsace-Lorraine est créée le 17 septembre 1944 à l'hôtel de la Cloche à Dijon et sera dissoute le 15 mars 1945.
    Composée de Maquisards alsaciens et lorrains, réfugiés dans la Zone sud, à la suite de l'annexion de l'Alsace et de la Moselle au Troisième Reich. elle s'illustre dans la Bataille des Vosges et d'Alsace.

    Brigade Alsace-Lorraine
    Carte de franchise militaire de l'Armée d'Afrique de Dijon pour Toulouse avec cachet double cercle "FORCES FRANCAISES DE L'INTERIEUR / Brigade d'ALSACE LORRAINE / (Croix de Lorraine) / Le vaguemestre" 17/10/44


    Monument Brigade alsace lorraine
    Monument Brigade Alsace Lorraine
    Photo-montage du monument dédié à la Brigade Alsace-Lorraine et aux FFI.

    23 SEPTEMBRE 1944 :
    Libération de Remiremont, d'Éloyes et de Saint-Nabord le 23 septembre 1944 par la 36th US Inf. Div. rattachée à la 1ère Armée Française.

    Libération de St-Nabord

    30 SEPTEMBRE - 3 OCTOBRE 1944 :
    Des fusiliers-marins et des éléments du 8ème RCA rencontrent une forte résistance du côté de Ronchamps (Haute-Saône).

    CPFM 1ère DFL
    recto
    Carte postale de franchise militaire (type rare) d'un soldat de la 1ère DFL le 1er octobre 1944.

    17 OCTOBRE 1944 :
    L'ampleur des pertes amène le général de Lattre à stopper l'offensive française dans les Vosges.

    Le BPM 518 qui dessert la 3ème D.I.A. s'installe le 15 octobre à Vecoux au pied des Vosges.

    BPM 518 Vecoux
    Lettre recommandée du BPM 518 pour Toulouse 30/11/44 qui se trouve à Vecoux (à quelques km de Remiremont) au pied des Vosges du 15 octobre au 10 novembre 1944

    puis à Remiremont le 11 novembre :

    BPM 518 remiremont
    Lettre recommandée du BPM 518 30/11/44 qui se trouve à Remiremont au pied des Vosges du 11 novembre 1944 au 6 janvier 1945


    5 NOVEMBRE 1944 :
    La 3ème Division d'Infanterie Algérienne (2ème C.A. français) entame son offensive vers Gérardmer, libérant Rochesson et Menaurupt.


    LE FRONT DÉBUT NOVEMBRE 1944

    Le front atteint par la 1ère Armée Française au début de novembre part de Pont-de-Roide près de la frontière suisse, contourne, vers l'ouest, les deux villes de Montbéliard et de Belfort, à environ 25 km de chacune d'elles, remonte directement vers le nord à travers le massif vosgien, évitant Le Thillot, et atteint le col de la Schlucht, au nord duquel était établie la liaison avec l'armée américaine.
    Ligne de crète des Vosges
    Ligne de crètes des Vosges
    Source : http://www.georelief.com/img_carte/gc/r01.jpg

    Début novembre 1944, l'ennemi tient solidement les crêtes des Vosges.
    Il s'attend à ce que la 1ère Armée, après ses succès incroyables en si peu de temps, prenne ses quartiers d'hiver au repos.
    Le gros des forces allemandes a quitté le Sud de l'Alsace pour la bataille des Vosges au nord contre la 7th US Army (dont la 2ème DB).

    Dans les Vosges où sont suspendues les actions offensives, de Lattre demande le 17 octobre à Monsabert "d'y maintenir une attitude agressive pour fixer les réserves de l'adversaire." Pendant ce temps, il prépare en grand secret une grande offensive vers la « trouée de Belfort ».

    Après l'arrêt des opérations du 2ème Corps dans le secteur Moselle-Moselotte, la 1ère Armée Française tient, avec quatre divisions d'infanterie en ligne, un front de 115 km, s'étendant de la Forge (10 kilomètres à l'ouest de Gérardmer) à la frontière suisse.

    Le dispositif général des forces en contact est alors le suivant :
    •  Au nord, le 2ème C.A. avec deux divisions en ligne tient le front : la Forge, Cens-la-Ville, Lansauchamp, le Haut-du-Faing, les hauteurs au sud de Cornimont, la Tête du Midi ; ces positions sont occupées par la 3ème D.I.A..
    • Plus au sud, la 1ère D.I.M. tient Lettraye, les hauteurs ouest de Haut-du-Them, la Pilie, la houillère de Ronchamp.

    •  Au sud, le 1er C.A. a également deux divisions d'infanterie en ligne : la 2ème D.I.M., qui tient le front Eboulet, Frederic-Fontaine, Lomontot, Migna, Villers, Longeville ; et la 9ème D.I.C. ; dont le front passe au sud de Colombier-Châteleau, et aux lisières nord de Grand-Bois, d'Autrechaux et de Blamont.


    Croyant que la relative inactivité du 1er Corps français signifie que celui-ci est en train de s'enterrer pour l'hiver, les Allemands réduisent leurs forces dans la trouée de Belfort à une seule division d'infanterie incomplète.



    Churchill à paris 11 novembre 1944


    11 NOVEMBRE 1944 :
    Grand défilé sur les Champs-Élysées placé sous le signe de l'alliance franco-britannique.
    Churchill défile aux côtes du général de Gaulle.
    Un timbre de Antigua (Y&T Antigua No 804) commémore cet événement.

    de Gaulle Churchill et de Lattre au camp du Valdahon



    13 NOVEMBRE 1944 :
    Visite du Général de Gaulle et de Winston Churchill au camp de Valdahon (Doubs) où ils rencontrent le général de Lattre.

    Un timbre d'Ajman (Y&T Arabie-du-Sud-Est Ajman PA No82, Michel Aschman No 658) reproduit une photo d'époque montrant le général de Lattre, le général de Gaulle et Churchill.

    Le timbre d'Ajman sur lettre
    Courrier officiel d'Ajman 25/11/70.
    Ces timbres, sur lettre officielle ayant voyagé, sont rares.




    LA PRISE DE BELFORT ET DE MULHOUSE
     (14-28 novembre) 


    Prise de belfort et Mulhouse
    Le 1er Corps français déclenche son attaque pour forcer la trouée de Belfort le 13 novembre 1944.
    Par un coup du destin, l'attaque française surprend le commandant de la division allemande près de la ligne de front, et il périt sous une grêle de balles marocaines.
    La même attaque manque de peu capturer le commandant du IV. Luftwaffen - Feldkorps allemand.
    Les troupes des 2ème DIM, 9ème DIC, et 1ère DB enfoncent les lignes ennemies, désorganisant leur défense et forçant la bataille à rester en mouvement.


    Le 15 novembre, la 9ème D.I.C. désorganise la défense allemande du Doubs et au soir la situation est favorable. Le matin, les chars font sauter les verrous.
    La journée connaît un succès plus important encore par la prise de Montbéliard par le Colonel Piatte et le 1er Chasseurs d'Afrique où les F.F.I. ont réussi à empêcher les Allemands de détruire les ponts.
    Pendant ce temps, la 9ème D.I.C. détruit les résistances de la boucle du Doubs.
    Le 17 au soir voit la 2ème D.I.M. aller vers le Rhin par la Ière D.B. et vers Cernay par la 5ème D.B..
    Les chars français traversent la trouée de Belfort et atteignent le Rhin à Huningue le 19 novembre.
    La bataille isole le 308. Grenadier-Regiment allemand le 24 novembre, forçant les troupes allemandes soit à se rendre, soit à s'exiler en Suisse.
    Le 25 novembre, les unités du 1er Corps libèrent Mulhouse (prise par surprise par une excursion de blindés) et Belfort (prise par un assaut du 2ème D.I.M.).
    Réalisant que les défenses allemandes étaient restées trop statiques pour être bien en forme, le général de Lattre demande à ses deux corps de se rapprocher de Burnhaupt pour encercler le LXIII. Armeekorps allemand. Cette manœuvre réussit le 28 novembre 1944 et conduit à la capture de plus de 10 000 Allemands, handicapant le LXIII. Armeekorps.

    Les pertes françaises sont également significatives, et les plans pour nettoyer immédiatement la plaine alsacienne de toute force allemande doivent être rangés dans les cartons pendant que les deux camps reprennent des forces pour les batailles suivantes.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/1er_corps_d%27arm%C3%A9e_(France)#1944_.28France.29

    http://rhin-et-danube.fr/wordpress/?p=562





    Libération Belfort et Mulhouse
    Source http://67400.free.fr/carte_liberation_belfort_mulhouse.JPG
    CLIQUEZ SUR LA CARTE POUR AGRANDIR

    Pour une carte plus détaillée on pourra se reporter à : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/15/FrenchAdvancebelfort1944.jpg

    13 NOVEMBRE 1944 :
    Le 1er corps d'armée du général Béthouart déclenche l'offensive vers le Rhin de part et d'autre du Doubs sur un front d'une vingtaine de kilomètres. La mission est de rompre le dispositif allemand et d'atteindre la vallée de la Lisaine. La percée devra ensuite être exploitée en direction de Seppois et des défenses de Belfort.
    Le fer de lance est constitué par la 2ème Division d'Infanterie Marocaine, appuyée par les 9ème Division d'Infanterie Coloniale (à droite) et 5ème Division Blindée française (à gauche).

    17 NOVEMBRE 1944 :
    Libération de Badonviller.

    Sur la demande de "personnalités locales", les timbres Pétain disponibles dans les réserves de la poste ont été surchargés "RF"avec les moyens du bord et avec, bien évidemment, des variétés... intentionnelles.

    série de surcharges de Badonviller sur lettre


    17 NOVEMBRE 1944 :
    Libération d'Héricourt par le C.C.4 et de Montbéliard par le C.C.5..

    Plusieurs oblitérations commémorent la libération de Montbéliard :

    •   une oblitération temporaire double cercle "1944 LIBERATION 1974 / 25 MONTBELIARD // 30e ANNIVERSAIRE / 16-17 Nov 1974 // (V et croix de Lorraine devant l'hôtel de ville)"

    • 30ème anniversaire de la Libération de Montbéliard


    •   une oblitération mécanique SEAP type 2 flamme à gauche "40e ANNIVERSAIRE DE LA LIBERATION / 1944 - 1984 / PAYS DE MONTBELIARD / EXPO-PHILATELIQUE / 17-18 NOV. 1984" et couronne "25 MONTBELIARD -ENTREPOT / DOUBS";

    • OMEC libération de Montbeliard

    •   une oblitération temporaire non illustrée "EXPOSITION PHILATELIQUE / ★ 25 MONTBELIARD ★ // 17 et 18 / NOV 1984 / 40e / ANNIVERSAIRE / de la / LIBERATION"

    •   une oblitération temporaire "50ème ANNIVERSAIRE DE LA LIBERATION 17 NOVEMBRE 1944 / 25 MONTBELIARD // (chaîne brisée, blason de Montbéliard et de Colmar) / 19-11-1994";

    • Expo 40ème anniversaire de la libération de Montbéliard


      50ème anniversaire de la libération de Montbéliard



      60ème anniversaire de la libération de Montbéliard


    •   une oblitération temporaire "60 ème ANNIVERSAIRE DE LA LIBERATION 17 NOVEMBRE 1944 / 25 MONTBELIARD // (blasons, hôtel de ville, char) / 20-11-2004".



    17 NOVEMBRE 1944 :
    Plus au nord, des incendies se déclarent un peu partout dans Gérardmer et des dynamitages sont effectués. La ville est recouverte d'un épais nuage noir. Ce qui ne brûle pas explose. Les réservoirs d'eau de la ville sont détruits, comme le transformateur électrique. Il n'y a donc plus d'électricité, ni d'eau courante à Gérardmer.
    La kommandantur quitte la ville dans la soirée, suivant ainsi le général Schiel et son état-major, partis dans la nuit du 15 au 16 novembre. Le matin du 18 du même mois, un groupe de choc allemand sillonne Gérardmer, armes automatiques au poing. Et d'autres éléments mettent le feu dans les maisons qui n'ont pas encore été assez détruites. L'après-midi, plus aucun soldat allemand n'est présent à Gérardmer. Les civils circulent librement et constatent les énormes dégâts opérés par si peu d'hommes et en si peu de temps.
    Le 19 novembre 1944, Gérardmer n'est plus qu'un amas de ruines fumantes.
    Et vers 14 heures, ce sont les premiers soldats français de la 3ème D.I.A. qui arrivent et se rendent à l'hôtel de ville. 85% de la ville est détruit lors de la fuite allemande.

    Source : http://www.ajpn.org/commune-Gerardmer-en-1939-1945-88196.html

    Deux oblitérations commémorent ces événements :
    •  Une oblitération temporaire "40e ANNIVERSAIRE DE LA LIBERATION / — 88 GERARDMER— // Les jonquilles refleuriront 19 Novembre 1944 / 17 NOVEMBRE 1984 // (jonquilles)";

    • 40ème anniversaire de la libération de Gérardmer

    •  Une oblitération mécanique SECAP type 2 flamme à gauche «CINQUANTENAIRE DE LA LIBERATION DE GERARDMER // (paysage, oiseau) / "Pardonner sans Oublier" / 10-20 Novembre 1994» et couronne "88 GERARDMER / VOSGES".

    • OMEC 50ème anniversaire de la libération de Gerardmer

    Surcharge de Delle

    18 NOVEMBRE 1944 :
    Libération de Delle.


    Le receveur local des Postes et le Comité local de la Libération ont fait surcharger un grand nombre de timbres "(croix de Lorraine / 18.11.1944 / Libération / Delle", mais avec, évidemment, des tirages infimes pour certaines valeurs et des variétés innombrables....

    Beaucoup de lettres ont circulé de la main à la main ...... entre collectionneurs.

    Surchargés de Delle sur lettre

    18 NOVEMBRE 1944 :
    Libération de Grandvillars.

    Vingt cinq valeurs ont été surchargées par un particulier "R F / 18.11.1944 / Libération / Grandvillars / (Tre de Belfort)".

    Série surchargée  de Grandvillars

    18 NOVEMBRE 1944 :
    La 1ère Division blindée et la 9ème Division d'Infanterie Coloniale du 1er C.A. avancent d'une dizaine de kilomètres au-delà de Belfort, par le canal du Rhône au Rhin et Delle, jusqu'à la frontière suisse.

    Drapeau Français 19 NOVEMBRE 1944 :
    A 18h30, un détachement français du CC3 de la 1ère Division Blindée française atteint la rive gauche du Rhin à Rosanau, près de Bâle, sur la frontière suisse, et trempe symboliquement le drapeau national dans le fleuve.
    Les villages frontaliers des environs sont rapidement libérés.



    LA LIBÉRATION DE BELFORT

    19 NOVEMBRE 1944 :
    La 2ème Division Marocaine, soutenue par la 5ème Division Blindée française (1er C.A.), pénètre dans les faubourgs de Belfort. Les combats de rue dans la ville se poursuivront jusqu'au 22 novembre.


    Plusieurs oblitérations commémorent cette libération :

    30ème anniversaire de la libération de Belfort

    •  Une oblitération temporaire illustrée "30e ANNIVERSAIRE DE LA LIBERATION DE BELFORT / - 90 BELFORT - // (tour, char, lion, drapeau) / 23-24 NOVEMBRE 1974";

    • Libération de belfort






    •  Une oblitération temporaire grand format «40e ANNIVERSAIRE LIBERATION - Ml DE LATTRE 1ère ARMEE FRANÇAISE / 90-BELFORT // (effigie du général de Lattre)» 24-25/11/84 ;


    De lattre à Belfort


    •  une oblitération temporaire "MARECHAL DE LATTRE / 90 BELFORT // « NE PAS SUBIR » / (signature) / 1er JOUR / 18 NOV. 1989";


    Timbres avec surimpression sur le pont


      Note : Une surcharge privée "CINQUANTENAIRE / LIBERATION / (blason de la ville de Colmar et non celui de Rhin et Danube qui a des ondulations en bas symbolisant les deux fleuves !!!) 20 XI 1994 / BELFORT" a été apposée sur le pont de certains timbres Marianne de Briat.
    •  une oblitération temporaire "CINQUANTENAIRE DE LA LIBERATION - NOV 44 / NOV 94 / - 90 BELFORT - // (soldats, drapeau) / 19 Nov. 94",

    50ème anniversaire de la libération de Belfort

    Surcharge de Belfort


    Timbre revêtu d'une surcharge "TERRITOIRE / de / BELFORT Nov. 1944" d'origine inconnue.
    •  une oblitération temporaire "60e ANNIVERSAIRE DE LA LIBERATION DE LA VILLE / * 90 BELFORT * // (V chaînes brisées, lion de Belfort) / 20 XI 2004.";

    •  une oblitération temporaire " 70e ANNIVERSAIRE DE LA LIBERATION / 90 BELFORT // (lion de Belfort et blason de la ville) / 22 NOV. 2014"

    • 60ème anniversaire de la libération de Belfort 70ème anniversaire de la libération de Belfort

    Très rapidement le BPM 507, qui dessert le QG de la 1ère Armée s'installe à Belfort.

    BPM 507 Belfort
    Lettre de Belfort pour Toulouse affranchie à 4F50 oblitérée "POSTES AUX ARMEES / * 507 * " 3/1/45 avec griffe rectangulaire de recommandation du BPM 507 arrivée Toulouse date illisible.
    Le BPM 507 est à Belfort du 8/12/44 au 20/3/45



    20 NOVEMBRE 1944 :
    Quelques unités de la 1ère Division Blindée française atteignent les faubourgs de Mulhouse et libèrent la ville

    Le BPM 417 arrive à Mulhouse le 29 Novembre 1944, il ira ensuite à Luxeuil et Masevaux puis reviendra à Mulhouse le 17 février 1945 puis partira le 19 avril en Allemagne.

    BPM 417 Mulhouse
    verso
    Lettre recommandée par avion du BPM 417 à Mulhouse pour le Cameroun affranchie à 18F30 (LSFC : 2F + Recom : 4F + surtaxe aérienne 2x6F/5g) oblitérée "POSTE AUX ARMEES / 417" 26/3/45, arrivée Douala 11/4 et distribué 12/4 (cachet d'essai Douala New-Bell)

    Les lettres en provenance d'Allemagne et destinées à Mulhouse sont retournées à l'envoyeur.

    Lettre du 23/11 pour Muhouse retournée à l'envoyeur
    Lettre de Karlsruhe (Bade) pour Mulhouse avec empreinte de machine à affranchir datée 23/11/44 retournée à l'envoyeur avec griffe "Zurück / Zur zeit nicht zustellbar" ( Retour / actuellement non distribuable)

    20 NOVEMBRE 1944 :
    Saint-Louis est la première ville d'Alsace libérée du joug de l'occupation nazie.

    21 NOVEMBRE 1944 :
    Libération d'Altkirch par le 9ème R.C.A...

    Du courrier est connu oblitéré du 20/11 avec timbre allemand, oblitéré avec un cachet français évidé (uniquement le bloc dateur) et griffe allemande "Altkirch (Els)" et en travers une griffe "COURRIER CONFISQUE FFIA ALTKIRCH". Certains, notamment à la SPAL, ont remis en cause l'authenticité de ces plis.

    Lettre confiquée par les FFI à Altkirch

    22 NOVEMBRE 1944 :
    La 1ère Division française libre (1ère D.F.L.) affectée au 2ème C.A. prend Giromagny et s'ouvre un passage dans les lignes allemandes, le long de la Savoureuse.
    Dans la zone d'opération du 1er C.A., la 1ère Division Blindée française regagne le terrain perdu après la contre-offensive de la 19. Armee allemande du général Friedrich Wiese, et fait son entrée dans Mulhouse.

    23 NOVEMBRE 1944 :
    Les 1er et 2ème Corps français reçoivent l'ordre de converger vers Burnhaupt le plus vite possible, pour contraindre les Allemands de la région à se replier en Alsace.

    24 NOVEMBRE 1944 :
    La 1ère D.F.L. prend le Ballon d'Alsace.

    26 NOVEMBRE 1944 :
    Dans la matinée des avions américains bombardent les quartiers proches de la gare. La libération de Sélestat a commencé.

    27 NOVEMBRE 1944 :
    Libération de Dannemarie par le C.C.4, aidé par la Brigade Alsace-Lorraine (F.F.I)

    30 NOVEMBRE 1944 :
    La Première Armée Française, épuisée, adopte sur ordre du Général de Lattre, une attitude défensive et cesse toute progression, repoussant à plus tard son avancée vers Colmar. C'est ainsi que se forme la "Poche de Colmar" dans laquelle vont s'affronter les combattants durant deux longs mois d'hiver, dans le froid, la neige, le feu et le sang.

    2 DÉCEMBRE 1944 :
    Le général Jacob Devers, le commandant du 6ème Groupe d'armées alliées, ordonne à la 7th US Army de se rassembler et de se réorganiser pour le 5 décembre, en vue d'une importante offensive prévue au nord.
    Le secteur de Colmar est désormais confié aux troupes de la 1ère Armée française. L'offensive du général de Lattre de Tassigny pour l'élimination de la poche de Colmar est fixée au 7 décembre. Deux divisions américaines du VI US Corps et la 2ème Division Blindée de Leclerc passent sous l'autorité du 2ème Corps français.



    Blason 2ème DB
    6 DÉCEMBRE 1944.
    Malgré toutes ses démarches, Leclerc n'a pu éviter que la 2ème DB soit mise à la disposition de la 1ère Armée française.
    Le voilà, proximité oblige, placé sous les ordres du général de Monsabert qui commande le 2ème Corps d'Armée.
    Les craintes de Leclerc se vérifient immédiatement: compte tenu de la situation du moment et dans l'attente d'une offensive de la 1ère armée, Monsabert confie à la 2ème DB tout un secteur au sud de Strasbourg. Ce n'est pas, à proprement parler, la mission habituellement dévolue à une division blindée.
    M. Diethelm, ministre de la Guerre, est bien conscient du problème entre Leclerc et de Lattre. Le 13 décembre, il écrit au général US Devers, commandant le 6ème Groupe d'Armées (dont relève la 1ère Armée française) pour lui demander de détacher la 2ème DB de la 1ère Armée et de continuer à la faire prendre en charge logistiquement par les américains.
    Leclerc, lui aussi, a écrit à Jacob Devers qui lui a répondu.
    La séparation n'aura lieu qu'à la fin décembre.



    10 DÉCEMBRE 1944 :
    Au sud, Thann est libéré par le 8ème Régiment de Tirailleurs Marocains et le "Combat Command 6" (groupement tactique de la 5ème division blindée).
    oblitération temporaire 50ème anniversaire de la libération de Thann


    Plusieurs oblitérations commémorent cette libération :
    •   une oblitération temporaire "50e ANNIVERSAIRE de la LIBERATION / —68 THANN— // 10-11 décembre 1994 // (église, tank, soldats)";

    •   une oblitération mécanique SECAP type 2 flamme à gauche "50eme (blason) / ANNIVERSAIRE DE LA LIBERATION DE THANN / 10 ET 11 DÉCEMBRE 1994" et couronne " 68 THANN / HAUT-RHIN".

    50ème anniversaire de la Libération de Thann


    Insigne de la 1ère DFL
    11 DÉCEMBRE 1941 :
    La 1ère D.F.L. désignée pour attaquer la poche de Royan traverse la France dès le 11 décembre 1944 pour rejoindre les Charentes.
    Mais le 24 décembre tombe brutalement la nouvelle de l'annulation de l'affectation de la D.F.L. sur le front de l'Atlantique : elle doit immédiatement rejoindre l'Alsace car les Américains viennent d'être surpris dans les Ardennes belges par une puissante offensive allemande conduite par Von Runsdtedt.
    Manquant de réserves, les Américains ont prélevé dans le secteur de Strasbourg certaines de leurs unités et la 2ème D.B du Général Leclerc. La 1ère DFL devra retraverser la France en sens inverse, selon le parcours effectué quinze jours plus tôt : 1.500 kilomètres aller-retour ...



    15-16 DÉCEMBRE 1944 :
    Libération de Orbey après de durs combats.

    Blason 2ème DB
    29 DÉCEMBRE 1944 :
    La 2ème division blindée du général Leclerc, dont le PC est à Erstein, s'apprête à quitter l'Alsace pour la Lorraine. Direction : la région de Sarre-Union, où elle doit épauler la 7th US Army.
    La 1ère Division Française Libre (1ère DFL), qui avait été entre temps envoyée à Royan, revient précipitamment et prend la place de la 2ème DB au nord de la poche de Colmar.



    Sources : http://pat72216.skyrock.com/2550353783-liberation-de-l-alsace-lorraine-et-autres-villes.html
    http://www.seconde-guerre.com/chronologie/chronologie-decembre-1944.html





    FIN NOVEMBRE 1944 :
    Les Allemands ne contrôlent plus en France que les poches de l'Atlantique, de Dunkerque, de Colmar et la frontière des Alpes.





    LE FRONT DU NORD-EST AU 15 DÉCEMBRE 1944

    Front général au 15/12/44
    Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_des_Ardennes#/media/File:Ardennes_battle_Dec1944.jpg

    29 DÉCEMBRE 1944 :
    Le gouvernement provisoire du général de Gaulle décide la mobilisation de 200 000 hommes pour fin janvier 1945.

    31 DÉCEMBRE 1944 :
    Offensive allemande dans les Ardennes et en Alsace ("Operation Nordwind").


    Accès aux chapitres précédents et aux  chapitres
    "Les Batailles des Frontières
    et la Campagne (française) d'Allemagne"
     »

    DE LA PROVENCE JUSQU'AU PIED DES VOSGES
    LA BATAILLE DES FRONTIÈRES ET LA CAMPAGNE (française) D'ALLEMAGNE
    Automne 1944 (Vosges, Mulhouse, Strasbourg)




    Retour en tête de page  



    Retour au sommaire de   "La Guerre aux côtés des Alliés"